La Voix des ombres
Frances Hardinge

Gallimard Jeunesse
janvier 2019
512 p.  19,90 €
ebook avec DRM 13,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Affronter ombres et ennemis

Angleterre, 17e siècle. La vie de Makepeace à Poplar, une petite bourgade près de Londres, ne ressemble en rien à celle d’une adolescente ordinaire : son enfance est un secret, elle ne connaît pas son père – sa mère le lui cache depuis qu’elle est toute petite -, mais surtout, ce qui d’emblée pose la distance, c’est le retour inlassable de ses cauchemars terrifiants, et le fait qu’elle ressente autour d’elle les personnes décédées. Régulièrement, contre son gré, sa mère tente de lui apprendre à se défendre en l’enfermant dans une chapelle près d’un cimetière une nuit entière, pour que sa fille parvienne à éradiquer ses démons. Elle a beau supplier et hurler, rien n’y fait. La peur la taraude et la hante. Peu à peu, en grandissant, Makepeace devient agressive et rebelle, reniant l’éducation puritaine qu’elle a reçue.

C’est ainsi qu’un jour alors qu’elle veut se séparer de sa mère parce qu’elle ne supporte plus les mensonges et les non-dits, celle-ci meurt subitement, piétinée par une marée humaine. Livrée à elle-même, la jeune fille s’enfuit, mais le fantôme d’un ours parvient à s’introduire dans son âme blessée. Elle entreprend alors de retrouver son père, et elle est récupérée par les Fellmottes, une famille aristocratique vivant à Grizehayes, un manoir ancestral où se passent des événements mystérieux et inquiétants. L’adolescente va tout faire pour quitter cette famille et tenter de survivre dans un pays déchiré par la guerre…

Si « La Voix des Ombres » est un roman sombre et mélancolique, il entreprend de mêler fiction et Histoire, puisque la destinée de l’héroïne se déroule au cœur de la guerre civile anglaise, qui a vu le soulèvement contre Charles Ier à Nottingham. Le lecteur pourra s’identifier à Makepeace, treize ans, qui ne peut compter que sur sa volonté et son courage : débrouillarde, vive et passionnée, elle se lance à la poursuite de son passé, de son héritage, en développant une relation tenace avec le fantôme de l’ours, qui, paradoxalement, lui permet d’affronter ses ennemis, et de se créer une place dans l’existence.

partagez cette critique
partage par email

q u o i  l i r e ? découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #97


Retour à la page d'accueil