Le bateau rouge d'Oscar
Le bateau rouge d'Oscar Jo Hoestlandt, Amandine Piu

Flammarion jeunesse
albums cartonne
mai 2016
24 p.  13,50 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

l’été des découvertes

On commence à connaître Amandine Piu : elle a illustré récemment « Ce n’est pas l’histoire » aux éditions Frimousse. Cette fois, elle a dessiné un couple inséparable et atypique : un petit garçon et son bateau. Oscar possède en effet un petit bateau rouge, qu’il affectionne particulièrement : il lui parle, joue avec lui, comme avec un ami. Dans le parc, le petit bateau vogue sur l’eau et l’enfant imagine déjà des aventures extraordinaires. Il rêve de pirates, de sirènes, de baleines… Arrive l’été, et Oscar part en vacances à la mer avec sa famille. Il n’a pas le droit de s’éloigner, puisqu’il ne sait pas nager… il se contente donc de jouer au bord de l’eau avec son bateau. C’est l’été des découvertes : la plage, la mer, le danger aussi, car les vagues peuvent l’emporter et le noyer. Oscar finit par attacher son jouet, craignant de le perdre à jamais. Mais la fin des vacances approche et le papa suggère de repartir sans le petit navire. Fâché, Oscar réplique qu’il en est hors de question… avant de se rétracter : le lendemain, il laisse partir son bateau vers de nouveaux horizons, acceptant par là même une douloureuse séparation.

Mêlant le réel et l’imaginaire, le bleu et le rouge, cette histoire tendre et émouvante met en scène un héros très attachant. Les petites joues roses d’Oscar séduisent, et le jeune lecteur partage autant son bonheur que sa peine d’être séparé de son bateau. Le rapprochement à bon escient entre l’âge du petit garçon et le vieillissement du navire permet à l’enfant de se rendre compte de sa propre existence. Et parce qu’il ressemble à n’importe quel enfant, s’amusant des heures avec un jouet, Oscar est le porte-parole d’un message essentiel : la perception de l’autonomie, de la croissance et du temps qui passe. Un magnifique album à lire avec des yeux espiègles et malicieux, pour retrouver, le temps d’un conte, ces mondes intérieurs fascinants fabriqués par l’imagination de l’enfant.

Note : L’auteur Jo Hoestlandt a reçu de nombreux prix dont deux fois le Prix Chronos, et le grand prix de Bologne pour son album « La grande peur sous les étoiles » (Syros).

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil