M.A.U.X.
Aurélie BALAN

Amalthée
am.amalthee liv
février 2018
54 p.  9,90 €
ebook avec DRM 4,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Dis pourquoi…

En littérature jeunesse, il est souvent délicat de prendre la parole à la place d’un enfant : il faut se placer entre un langage enfantin, puéril, et un autre, plus ardu, celui des adultes, qui ne correspond pas au personnage principal. Avec humour et sensibilité, Aurélie Balan parvient à rester en équilibre, et à donner vie à Titouan. Forte de son expérience, elle met en mots le quotidien d’un petit garçon particulier, dont les « pourquoi » et les « comment » rythment les journées. Vif, enthousiaste, sensible et curieux, il ne cesse de s’interroger sur le monde qui l’entoure, d’analyser ce qu’il voit et entend… au point que ses « maux » -ses problèmes et réflexions- l’empêchent parfois de dormir. Il compare, aussi, beaucoup : ses parents à des « plats », lui à un « château »… Il a neuf ans, et de l’entrain à revendre. Ce n’est pas l’avis de son maître, M. Mercelin, qui le punit chaque fois qu’il pose une de ses questions inutiles et qui amusent toute la classe. Pourtant, malgré les fous rires qu’il déclenche, le petit garçon, qui ne cherche qu’à bien faire, se sent rapidement exclu, rejeté dans son univers, à part.

La bêtise nécessaire

C’est à l’issue d’une ultime bêtise que ses parents – boulangers tous les deux- décident de l’emmener voir une psychologue. En prenant brutalement conscience de son isolement, de son manque d’amis, de ses difficultés sociales, la tristesse envahit Titouan. Progressivement, il se met à se confier : il évoque les camarades qui se moquent de lui, ceux-là même qui le considèrent « à l’ouest » ; de son papa qui travaille du matin au soir et qu’il ne fait que croiser ; de sa maman, si jolie, si souriante, et qui, comme lui – il le sent bien -, évolue dans un univers peuplé de rêves, de poésie et de chansons. Chaque chapitre correspondant à une étape, le jeune lecteur pourra facilement se retrouver dans la lecture et s’identifier à ce héros déconcertant, auquel on a collé trop facilement une étiquette. Abordable dès l’âge de huit ans, ce court roman gagnera à être mis en voix, dévoilant le ton facétieux de Titouan, qui évoque ses « maux » de la vie courante. Introverti, rêveur, le petit garçon aura besoin de l’aide de ses parents, de la psychologue, du rugby et du stage de théâtre pour trouver sa place. Un lieu où il se sent bien, en sécurité, et où il peut être, enfin, lui-même.

 Enseignante spécialisée en précocité et troubles de l’apprentissage, Aurélie Balan signe ici son premier roman jeunesse.

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil