Un caillou au fond de la poche
Florence Cochet

actes sud
asj - romans
septembre 2019
126 p.  13,80 €
ebook avec DRM 9,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Harcèlement: le rempart de l’amitié

La journée commence mal pour Henri : sa meilleure amie Daisy est malade. Et un jour de collège sans Daisy, c’est le monde qui s’écroule. Le héros de ce roman est surdoué, mais surtout maladroit et bizarre, et les autres en profitent. D’habitude, Daisy constitue son rempart contre les remarques acerbes et les coups douloureux, mais pas cette fois : seul sur la route du collège, il croise la route des Cavaliers Infernaux, quatre élèves qui lui en font baver. Il arrive avec presqu’une heure de retard, maculé de terre et les joues rouges. La journée s’annonce infernale…

Infernale jusqu’à l’arrivée d’une remplaçante, une prof de français qui dès qu’elle ouvre la bouche, impose le silence. Même les caïds de la classe ne s’y frottent pas. C’est elle qui demande à Henri de rester après le cours, afin de lui raconter une histoire, sous forme de conte… et lui confier un caillou qu’il doit garder au fond de sa poche pour le protéger. Henri, désorienté par cette bienveillance inhabituelle, ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec ses propres problèmes. Il accepte le caillou de la fée. Au cours des jours suivants ses agresseurs finissent par s’en prendre à sa meilleure amie… Mais Henri fait preuve de davantage de fermeté. Serait-ce grâce au caillou magique qu’il serre de toutes ses forces chaque fois qu’il se sent en danger ?

En adoptant la posture d’un élève harcelé, touchant et tendre, pour qui le lecteur éprouve une profonde empathie, Florence Cochet vise juste : le ton est sincère, le personnage de la prof de français, qui a tout de suite pris conscience des problèmes d’Henri, émeut, en comparaison d’une mère avocate et assommée de travail qui ne regarde même plus son propre fils. Le harcèlement est un thème lourd de sens et dramatique, mais l’auteure parvient à placer des touches d’humour, de la dérision dans les conversations entre les deux protagonistes – notamment les échanges sur What’s app – ce qui allège le caractère tragique de l’histoire, sublime l’amitié entre une fille et un garçon, et lui donne finalement tout son sens.

partagez cette critique
partage par email

q u o i  l i r e ? découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #97

Retour à la page d'accueil