Pourquoi les lapins ne portent pas de culotte?
Antonin Louchard

seuil jeunesse
album jeunesse
octobre 2016
52 p.  14,50 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Drôlement culotté

À question étonnante, réponse incroyable. Dans cet album destiné aux plus petits, Antonin Louchard se fait conteur : pour répondre à l’interrogation du titre, il imagine une histoire rocambolesque… à l’image du prénom de son héros le lapin, « GLpmftpgrzou », pour qui la vie est extrêmement facile. En effet, il mène une existence paisible… de lapin : il gambade dans les prés et les champs, lape l’eau de la rivière lorsqu’il a une petite soif, grignote des baies sauvages lorsque la faim le tiraille, ou s’allonge à l’ombre d’un tilleul pour faire la sieste. Le narrateur explique alors au jeune lecteur la raison de cette vie de rêve, et fait ainsi un doux clin d’œil aux inventions humaines : les lapins ne sont pas malins, et n’ont presque rien conçu pour se divertir…

La guerre des culottes

Un jour, le héros, que le lecteur peut appeler « Zou », tombe amoureux d’une lapine prénommée Betty. C’est le début des ennuis : comme sa bien aimée ne sait pas choisir entre ses nombreux prétendants –ils se ressemblent décidément tous !-, Zou multiplie les cadeaux et les attentions… en vain. Il trouve cependant une solution en dénichant par hasard une magnifique culotte rouge. Ainsi vêtu, il éblouit désormais Betty, au grand dam de ses compagnons. Commence alors ce que l’on pourrait tout à fait nommer la guerre des culottes : tous les lapins en veulent une. Ces vêtements commencent à s’échanger et à se vendre tandis que les petits animaux se mettent à se haïr et à se dénoncer. Les milices jaunes surveillent les rouges qui surveillent les noires… suivant la couleur des culottes.

Avec humour

D’une anecdote légère, Antonin Louchard amène à une véritable réflexion sur la jalousie, la possession, le pouvoir de l’argent. Mais l’essentiel réside dans l’humour qu’il intègre à son écriture : en évoquant le pire qu’il puisse arriver si tous les petits lapins portaient des culottes, il clôt une question farfelue et nous entraîne dans un univers hors du commun. Le langage très oralisé, adapté aux histoires du soir, permettra aux parents de jouer avec les mots. Des clins d’œil –littéraires, publicitaires- leur sont d’ailleurs adressés, ce qui destine cet album coloré à toutes les tranches d’âge.

 

 

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil