Angor
Franck THILLIEZ

Pocket
octobre 2014
637 p.  8,60 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

600 pages d’adrénaline pure

Franck Thilliez a le talent pour nous mettre les nerfs en pelote et son nouveau thriller n’échappe pas à la règle. « Angor » c’est 600 pages d’adrénaline pure.
Tout commence un 10 août lorsque Camille Thibault s’évanouit sur une scène de crime. La jeune adjudant de gendarmerie a bénéficié, un an plus tôt, d’une transplantation cardiaque et son organisme semble désormais rejeter le greffon. Non seulement elle a des malaises à répétition, mais elle est poursuivie par un cauchemar récurrent dans lequel une tzigane terrorisée l’appelle au secours. En dehors de toute logique, elle pense que son donneur a été impliqué dans une sombre histoire.
Ce même 10 août, à des centaines de kilomètres de là, une rom ou tzigane presque aveugle est trouvée errant dans un souterrain. En grande détresse psychique, la femme aurait été victime d’une longue séquestration. A l’arrière de son crâne, de grossiers tatouages ont été réalisés. Franck Sharko, Nicolas Bellanger et les hommes du 36 quai des orfèvres sont dépêchés sur les lieux. Ils découvrent que le tunnel mène à un bunker puis à une habitation très isolée dans laquelle des systèmes vidéo laissent supposer que la prisonnière était épiée. La maison est louée à un certain Olivier Macareux, la trentaine discrète, le voisin sans histoire. Seul hic, Macareux s’est volatilisé douze mois plus tôt sans laisser d’adresse.
De son côté, Camille, usant de stratagèmes parfois illégaux, finit par connaître l’identité de son donneur : un jeune flic, Daniel Loiseau, abattu il y a un an à bout portant par un drogué.
Macareux, Loiseau…. Loiseau, Macareux, les deux affaires finissent par se fondre en une seule. Camille et l’équipe du quai des Orfèvres vont s’enfoncer dans les profondeurs du Mal, là où toute règle, toute éthique, tout respect de la vie humaine ont disparu. Une descente semée de cadavres sur fond de trafics d’organes qui va les emmener en Amérique du Sud mais surtout dans les tréfonds de l’Enfer.

Quel protocole régit la transplantation cardiaque en France ? Comment fonctionne le don d’organes ? Qu’en est-il précisément de la mémoire cellulaire qui voudrait que le cœur du donneur transmette au receveur des souvenirs, des goûts qui ne lui appartiennent pas ? Peut-on se faire greffer illégalement ? Autour de ces questions et au terme d’une enquête minutieuse où il a rencontré docteurs et chercheurs, visité un laboratoire d’anatomie, Franck Thilliez construit avec « Angor » -terme qui désigne une maladie coronarienne avec douleur thoracique- une intrigue impeccable.
S’il aime à frayer avec des sphères extrêmes et violentes, Thilliez contrebalance cette plongée dans la noirceur par la chaleur et la luminosité de ses personnages. Le sympathique duo de policiers- Franck Sharko et sa compagne, Lucie Hennebelle- est de nouveau aux manettes et une petite nouvelle fait son apparition, le sous-officier de gendarmerie, la formidable Camille Thibault.
Aucune hésitation, laissons-nous entraîner dans « Angor » une aventure où le pire est toujours certain.

partagez cette critique
partage par email