Au-dessus des lois
Justin PEACOCK

Pocket
novembre 2015
800 p.  9,40 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

Un écrivain qui a tous les talents!

Des années avant de publier son premier livre, « Verdict » (Sonatine, 2010), Justin Peacock a étudié le droit à Yale, une de ces facs qui forment les élites de la côte est. Recruté à sa sortie par un grand cabinet d’avocats, il a défendu des hommes qui avaient tué et des entreprises qui avaient fraudé. Le grand écart entre le pénal et le business, la voie royale. Il aurait pu rester sur les rails, mais l’écriture le démangeait. Il aurait pu aussi n’être que le énième avocat américain à se mettre au roman, mais son ambition et les refus initiaux des éditeurs l’ont finalement porté bien au-delà.

Recycler son vécu des tribunaux ne fait pas un écrivain, et il l’a compris. Il faut y mettre de soi-même, de ses convictions. Dans son deuxième livre, « Au-dessus des lois », le droit des affaires et les mécanismes de l’immobilier jouent leur rôle. Pas de quoi affoler les lecteurs, ce ne sont que des accessoires, des prismes pour observer son monde. Et son monde, c’est New York. La ville qu’il connaît, où il a travaillé (à Manhattan) et où il vit (quartier de Brooklyn). Une ville-symbole, où les appétits sont décuplés et les échelles de valeur distendues, où certains sacrifient tout pour arriver au sommet et ne pas en redescendre.

Ce sommet, son héros Duncan Riley l’entrevoit. La trentaine et déjà à l’abri du besoin, il a fait son trou dans un grand cabinet d’avocats (tiens, tiens). Il gère docilement le plus gros client de la maison, un promoteur qui brasse des fortunes en remodelant le skyline. A ses heures perdues, il se donne bonne conscience en aidant bénévolement une famille porto-ricaine que l’on veut expulser de sa cité-ghetto. Le bel équilibre est bientôt rompu. L’avocat découvre que les vigiles de son client sont impliqués dans un accident mortel sur un de ses chantiers et qu’ils se trouvent aussi derrière l’expulsion. Il flaire un lien entre les deux affaires…

Comme le promet l’éditeur, ce jeune auteur américain a en lui du Tom Wolfe (« Le bûcher des vanités ») et du John Grisham. Comme l’un, il fait naître le drame du téléscopage de classes sociales supposées ne jamais se rencontrer. Comme l’autre, il tisse un suspense magistral en égrénant les faits de procédure. Le talent de Justin Peacock a aussi d’autres ressorts, qui n’appartiennent qu’à lui. Son sens de la nuance par exemple. Les chevaliers blanc de l’histoire, l’avocat Duncan et la journaliste Candace, tirent en fait sur le gris. Un pied dans chaque monde, ils ont l’héroïsme hésitant, mesurent les limites de leur pouvoir et la portée de leurs erreurs.

L’auteur approfondit les autres caractères avec la même maniaquerie de juriste. Chez lui, bons et méchants se distinguent par leur attitude dans l’adversité, ce précieux sursaut moral qui, lorsqu’il fait défaut, mène mécaniquement au pire. Dans ce paysage du bien et du mal, la justice et la police new yorkaises ne s’en sortent pas toujours à leur avantage, ne réagissant qu’au rapport de force. Une pique qui sent le vécu. « Au-dessus des lois » est un roman sur l’intégrité. Et dans l’esprit de son auteur, nul doute que le pouvoir corrompe.

partagez cette critique
partage par email
 Les internautes l'ont lu

« Après tout, personne ne croyait être le méchant, jamais. Le cerveau humain était ainsi fait. »

J’avais aimé « Verdict », le premier roman de Justin Peacock, j’ai dévoré cette deuxième traduction qui rend de plus en plus accro au fil des pages. On y suit Duncan Riley, en passe de devenir associé dans un grand cabinet d’avocats New-Yorkais. Pour l’heure, lui sont encore assignées essentiellement des missions de pure paperasse, il s’occupe principalement d’une grosse société d’immobilier. Il a fait de brillantes études dans la bonne université et gagne très bien sa vie, qui se contente en réalité d’être gagnée, pas vécue. Bossant 20 h par jour, sans week-end, sans vacances – peut-être deux jours à Noël et encore – il a plus ou moins coupé les ponts avec sa famille (ses parents ont divorcé quand il était encore enfant), il a la particularité d’être métisse. Originaire de Détroit, son père est noir et sa mère blanche, il a tout pris de sa mère. Il va se trouver au coeur d’une affaire qui va s’aggraver de jour en jour… Les tourments du héros diffèrent de ceux du premier roman, et en un sens ils sont plus réalistes (être avocat d’affaires est rarement se battre pour que triomphe le « Bien »), même si le côté des méchants souffre ici d’une certaine exagération (disons, ils représentent des archétypes). Ceci dit j’ai marché à fond dans la construction de l’auteur, me retrouvant au moment de « LA » scène de prétoire dans un état de tension tout à fait jubilatoire, et aucunement déçue : quels jolis effets de manche, quel plaisir que ces « « surprises » ! Il faut un tout petit temps d’acclimatation aux nombreux personnages dans les premières cent pages mais ensuite tout va crescendo et si on aime le genre (du thriller juridique), on se régale vraiment.

partagez cette critique
partage par email