Ceux d'ici
Jonathan Dee

10 x 18
litt etrangere
février 2019
477 p.  8,80 €
 
 
 

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu

Le portrait d’une société américaine déboussolée, désenchantée : « Ceux-d’ici ».

New York. 11 Septembre 2001. Mark Firth est venu ce jour là depuis sa petite ville d’Howland, Massachussets, dans la Grosse Pomme. Il doit y rencontrer un avocat spécialisé dans le recouvrement de fonds de placement détournés par un escroc.

Il a en effet placé ses économies en toute confiance, appâté par les promesses d’enrichissement rapide. Maintenant ruiné, Mark a bien du mal faire tourner son entreprise en bâtiment.

Suite aux attentats, un riche New Yorkais, Philipp Hadi, vient s’installer avec femme et enfants à Howland dans sa résidence secondaire afin d’être en sécurité. Il fera transformer par Mark Firth sa maison en un édifice truffé de caméras et autres gadgets de sécurité.

A la grande surprise des habitants d’Howland, cet homme richissime sollicitera le poste de Premier Elu (maire chez nous). Son argument de campagne sera qu’il prendra à sa charge tous les frais de gestion de la commune sur sa fortune personnelle baissant ainsi les impôts.

S’ils sont ravis au début, les habitants ne tardent pas à s’apercevoir que ce nouveau maire leur impose des décisions qu’il a prises seul : pose de caméras de surveillance, interdiction de vente de tabac … Par ailleurs, il vient au secours des commerçants et habitants empêtrés dans des difficultés financières sans contrepartie.

Dans une Amérique post-attentats du 11 Septembre et touchée par l’éclatement de la bulle des subprimes, les habitants d’Howland sont bien déboussolés. Certains, comme Mark Firth tenteront de faire de l’argent à tout prix, d’autres laisseront libre-cours à leur mécontentement en déversant leur bile sur le Net.

Ce qui m’a intéressée dans ce roman, ce sont les réactions des personnages confrontés à la réalité économique qui va révéler leur véritable personnalité. Jonathan Dee dépeint admirablement la société américaine actuelle qui m’a donné l’impression d’un bateau qui dérive sans véritable capitaine à la barre, chacun tentant de survivre comme il peut (quand il ne fait pas partie des élites bien sûr).

partagez cette critique
partage par email