Douleur
Zeruya Shalev

Folio
du monde entier
février 2017
464 p.  8,40 €
ebook avec DRM 7,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

partagez cette critique
partage par email
 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

Douleur…s

Quel beau texte ! et je suppose quelle belle traduction ! La lecture est fluide et chaque mot semble choisi avec beaucoup de soin.
Douleur , ce mot que l’on prononce avec crainte souvent est ici décliné sous toutes ses formes , physique, mentale, morale même.C’est aussi cette douleur arrimée à Israel qui plombe un peuple malgré ce besoin et cette formidable envie de vivre.
En mettant des enfants au monde, les parents savent qu’ils en feront obligatoirement des soldats, filles ou garçons, dans ce pays perpétuellement sur le qui-vive.
Le roman se déroule sur quelques semaines ; Iris, ,46 ans , est une directrice d’école rescapée d’un grave attentat subi 10 ans plus tôt. Un matin , son corps redevient entièrement souffrance, et cela va déclencher un séisme dans une vie qu’elle avait construite patiemment mais sans grande passion. Un mari aimant, mais plus accroché aux échecs qu’à son épouse , et deux enfants , sortis plus ou moins bien de leur enfance meurtrie par les hospitalisations fréquentes de leur mère blessée.
Iris retrouve par hasard, le grand amour de sa vie , Ethan , devenu médecin . Ce tout jeune mais ardent amour avait été fracassé par le jeune homme à la mort de sa mère. Iris, toute douleur déjà , ne s’en était jamais remise.
Seront ils capables de recommencer là où ils s’étaient quittés il y a trente ans ?
Pourquoi pas . Voilà qu’Alma la fille qui traîne aussi une sourde douleur depuis l’enfance pense trouver de l’aide auprès d’un charlatan.
Iris va remuer ciel et terre pour sauver sa fille ; elle va voir partir son fils , son père est mort au combat qu’en sera t-il de son petit ?
Et dans tout cela , que fera t-elle de son amour retrouvé ? De quel côté se tournera t-elle pour enfin VIVRE.
Je n’ai pas trop aimé la fin du roman , mais il fallait bien terminer , et quand un livre est d’une telle qualité, , on se sent frustré au moment de le refermer . Je le relirai c’est sur.

partagez cette critique
partage par email