L'absente
Lionel Duroy

Editions 84
août 2016
348 p.  7 €
ebook avec DRM 13,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Ma mère, ma douleur

Comme on l’aime cet Augustin, double de l’écrivain Lionel Duroy, écorché vif, fou de littérature, aimant les femmes mais incapable de vivre longtemps avec l’une d’elles  hypocondriaque capable de souffrir des heures durant sur l’un des vélos de course qu’il affectionne !  Les lecteurs qui ont  dévoré«   Le chagrin» , « Vertiges » et « Echapper»  connaissent son histoire  familiale difficile : des parents mal assortis, un père  baron  nul en affaires qui dilapide l’argent du ménage, une mère  grande bourgeoise de Bordeaux assistant  effarée à sa dégringolade sociale, d’un bel appartement de Neuilly à un taudis de banlieue où les huissiers font le siège. Et au milieu, dix enfants, « dix petits chiots » comme Duroy appelle ses frères et sœurs, la  faillite, la honte, les crises d’hystérie de la mère  et l’effondrement de tout un clan ….

 Au début du livre, l’héritier de cette histoire  difficile, Augustin donc, a tout perdu : sa maison chérie à cause d’un divorce,  ses frères et sœurs qui le rejettent, ses enfants  à qui il ne peut se confier … L ‘homme se jette sur les routes, à la recherche d’un refuge, dans sa vieille voiture bourrée jusqu’à la gueule : la Bretagne ou Verdun, Moulins, Nevers ou Bordeaux ?  Sur son chemin, , il rencontre des personnes qui  d’une conversation, d’un repas offert , d’un asile pour la nuit, d’une nuit  d’amour partagée, le font encore croire à l’humanité. On aime particulièrement Sarah, lectrice  compulsive, qui s’invite jusque dans la chambre d’hôtel où le pauvre Augustin essaye de reprendre son souffle, entre deux crises de panique. Ce sera dans l’écriture et les secrets de sa mère qu’Augustin, double fidèle de Duroy, trouvera le salut : en se penchant sur celle qu’il croit détester, il  revisitera les secrets, les hontes, l’indicible chagrin  d’une famille à la dérive. On pleure avec  le héros, on l’encourage et on aimerait tant lui assurer que tout ira bien : comme à chaque fois, Lionel Duroy réussit ce  coup de force de passer de l’intime à l’universel,  de se dévoiler  dans ses moindres hésitations et remords  nombreux,  tissant  ainsi  dans un texte  d’une humanité rare et précieuse, l’écriture et la vie autour d’une mère absente mais  toujours si présente .

partagez cette critique
partage par email
 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

Le Pardon

Lionel Duroy revient sur son histoire familiale avec une perspective intéressante. Alors qu’il vient de divorcer pour la deuxième fois Augustin est contraint de vendre sa maison et se retrouve seul avec sa voiture, pleine de bagages et d’affaires diverses sur les routes de France, dans un grand questionnement par rapport à sa vie. Et aufil de sa route et des lieux traversés lui vient l’idée que sa mère, Suzanne, fustigée dans ses précédents romans pour son « non amour » et son hysterie face aux problèmes materiels avait peut-être de bonnes raisons de s’être comportée ainsi et que la soudaine précarité dans laquelle elle s’est retrouvée après son mariage pourrait être une excuse. Augustin cherche alors à comprendre: pourquoi aucun membre de la famille ne les a aidés alors même que sa mère venait d’une famille aisée? Comment se fait-il que cette jeune bourgeoise promise à un brillant avenir ait pu épouser et faire 10 enfants avec un terne représentant? Pourquoi ce dernier les a-t-il laissés vivre dans cette misere en promettant toujours à sa femme que ça allait « aller mieux »? Probablement parce que ni l’un ni l’autre n’ont pu faire mieux, tout simplement…Augustin va chercher à comprendre et va ainsi d’une certaine manière faire la paix avec sa mère et sortir apaisé de cette aventure. Les mystères de certains couples sont insondables et la bêtise et la méchanceté de la famille de Suzanne sont malheureusement monnaie courante dans tous les milieux. Dans cette quête, Augustin rencontrera un sympathique couple de sexagénaires, une jeune libraire totalement amoureuse de lui et il fera en quelque sorte la Paix avec sa mère en faisant sien l’adage selon lequel « on devient adulte quand on a pardonné à ses parents » (Goethe). Alors que je craignais une certaine redondance dans ce nouvel opus de Lionel Duroy consacré à sa famille, j’ai beaucoup aimé ce livre, il est optimiste et tourné vers l’avenir, il est réconfortant.

partagez cette critique
partage par email