Mariachi Plaza
Michael Connelly

Le Livre de Poche
mai 2016-avril 2017 (poche)
512 p.  8,30 €
ebook avec DRM 15,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

La valse des adieux

S’agissant de Harry Bosch, Michael Connelly tient ses fidèles par les sentiments. L’auteur laisse entendre, depuis quelques romans déjà, que l’heure de la retraite est imminente. Que chaque nouvelle enquête pourrait bien être la dernière. Il multiplie les signes. Mis à l’écart puis réintégré, muté dans un autre service, l’inspecteur rumine ce plan de départ qui vise à rajeunir les cadres du LAPD. Il regarde aussi son adolescente de fille prendre goût à l’autonomie, se soucie qu’elle puisse s’en sortir sans lui. Il rêve même de vivre une dernière histoire sentimentale sérieuse, peut-être jusqu’à la vie commune, lui qui a perdu la mère de son enfant et n’a pas su retenir la femme de sa vie…

Cette petite musique des adieux plane plus fort encore sur « Mariachi Plaza » que sur ses précédentes apparitions, « Ceux qui tombent » et « Dans la ville en feu ». Mais il faut tout de suite mettre les choses au point : baisses des effectifs ou pas, mise à la retraite ou non, après ce roman-ci, on en attend au moins deux autres avec Bosch. On peut donc savourer tranquillement cette imparable mécanique, où le flic de Los Angeles fait la synthèse de son savoir-faire et de son humanité. Car à l’unité des Affaires non résolues, rien n’a entamé sa flamme, pas même qu’on lui ait associé l’équipière la plus jeune parce qu’il en est le doyen.

En fait, l’écart d’âge avec ses proches, fille ou partenaire, lui renvoie la force de son expérience et de sa sagesse. Et il en faut pour débrouiller de front non pas une, mais deux affaires. La première est exhumée par ses patrons : un musicien de rue vient de succomber dix ans après avoir reçu une balle perdue qui l’avait laissé infirme. Sa mort est d’autant plus sensible que des responsables politiques l’exhibaient comme une victime de la guerre des gangs. Mais l’était-il vraiment ? L’autre « cold case » est apporté par sa nouvelle équipière, jeune Latino exigeante et intègre : enfant, elle a survécu à l’incendie criminel d’une cave d’immeuble abritant une crèche sauvage. Qui l’avait allumé et qui était vraiment visé ?

Michael Connelly rend passionnant le moindre développement des deux procédures parallèles. L’engrenage des faits, sans description ni digression inutiles, suffit à résumer l’atmosphère du commissariat ou l’humeur du duo d’enquêteur. Jamais le père de Bosch ne perd de vue l’attention de son lecteur, jamais il ne se regarde écrire. A l’image de Harry Bosch, il continue d’y croire comme à ses débuts, comme si chaque livre était le premier. En toute sérénité.

 

partagez cette critique
partage par email
 Les internautes l'ont lu

Nouvelle enquête et nouvelle partenaire pour Harry Bosch qui s’apprête à raccrocher, avec un cold-case vieux de dix ans.

Tout commence à Mariachi Plaza quand Orlando Merced, un musicien se fait tirer dessus et reçoit une balle qui vient se loger dans la colonne vertébrale. L’affaire est classée en règlement de compte entre gangs.
Hémiplégique, Merced devient alors l’image de la campagne du futur maire. Dix années de combat et d’infections à répétitions plus tard, le jeune mariachi finit par succomber. Son décès pose certaines questions et relance le dossier.

Pour cette nouvelle enquête, Bosch toujours fidèle à lui-même avec ses démêlées avec sa hiérarchie, va faire équipe avec Soto, une jeune bleue qui s’est déjà fait remarquée lors d’une précédente affaire. Bien que cette dernière soit prête à apprendre tous les rouages de la police auprès du vieux briscard aux portes de la retraite, elle semble toutefois préoccupée par un autre ancien dossier.

Dès les premières pages, on entre dans le coeur du sujet, même si une impression de lenteur se fait sentir dans cette affaire à l’ancienne.
On regrette cet air de déjà vu, maintes fois utilisées dans les romans policier, à savoir le duo du vieux flic et de la jeune recrue. Cependant, on ne s’ennuie pas et on ne se perd pas dans cette double enquête de cold-case qui sur fond de politique, vont finir par se croiser.
La présence un peu plus fréquente de Maddie, la fille de Bosch peut laisser présager un futur duo père/fille. Ou de la nouvelle relève. A suivre…

“Mariachi Plaza” reste un classique dans le genre policier toutefois efficace, qui ravira les fans de l’inspecteur Bosch.

Merci à Calmann-Levy

partagez cette critique
partage par email