Génération
Paula McGrath

10 X 18
mai 2018
240 p.  7,10 €
 
 
 

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu

L’héroïne de « Génération », Aine, est une jeune mère divorcée. Elle s’occupe de sa petite fille âgée de 6 ans, Daisy. Ce qui ne l’empêche toutefois pas de chercher l’Amour sur Internet.

C’est ainsi qu’elle va rencontrer Joe, trentenaire lui aussi. Il est américain et vient de convaincre son père d’investir dans le rachat d’une ferme plus ou moins délabrée. Il veut la transformer en ferme bio.

Joe a besoin de main-d’oeuvre bon marché et emploie des travailleurs mexicains ainsi que des jeunes woofeurs (volontaires venant travailler gratuitement en échange du gîte et du couvert).

Sur les conseils d’une de ses amies, Aine part travailler dans la ferme de Joe. Une relation presque exclusivement charnelle démarre entre eux. Après ce premier séjour, Aine revient pour 6 semaines, cette fois-ci avec Daisy. Elle veut voir si son histoire avec Joe peut aller plus loin et envisage de s’installer aux Etats Unis.

Sauf que Joe a un comportement étrange qui déroute Aine. Voulant en savoir plus, la jeune femme va finir par découvrir qui est réellement cet homme.

Si j’ai aimé les trois-quart de ce roman, j’ai été déroutée par la dernière partie qui projette le lecteur 17 ans plus tard en donnant la parole à Daisy.

Je ne suis pas certaine d’avoir bien compris la fin, j’ai ressenti comme une impression de flou, ce qui m’a déçue.

partagez cette critique
partage par email
 
coup de coeur

Impressionnant premier roman

Pour son premier roman, l’irlandaise Paula McGrath, qui enseigne par ailleurs le Creative Writing, a choisi une narration éclatée qui donne beaucoup de rythme. A travers trois générations (et donc trois époques) et autant de pays (et d’ailleurs de continents), elle montre ce qui se transmet entre membres d’une même famille et ce qu’est concrètement l’émigration. Si le lecteur tâtonne quelque peu dans les premières pages, concentré sur les changements de personnages et leurs liens, il se coule bien vite dans les nombreux thèmes tous plus intéressants les uns que les autres et plonge complètement dans le suspens de la plus grande partie consacrée à Aine et Joe. Impossible à lâcher une fois entré dedans, ce roman m’a étonnée par sa richesse et son impeccable finition. Aussi nourri qu’une grande saga et concis comme une novella, avec une impression de grande facilité – comme avec nonchalance – beaucoup de choses sont exprimées en sous-texte et les univers créés sont forts, les sensations profondes. Je me refuse à en dire plus, c’est une expérience de lecture qu’il faut impérativement découvrir seul. J’ai adoré !

partagez cette critique
partage par email