Dîner avec Edward
Isabel Vincent

Traduit de l'anglais (USA) par Anouk Neuhoff

avril 2018
192 p.  6,40 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Magnifique connivence

On veut tous avoir un Edward dans notre vie ! Comme Isabel Vincent, reporter dans plusieurs magazines américains prestigieux, qui a eu la chance de rencontrer ce délicieux énergumène en 2010. Lorsqu’elle fait sa connaissance, Isabel a un pied dans la dépression et l’autre pas loin. Elle vient de débarquer à New York, furieuse de ce nouveau déménagement, un de plus, pour suivre un mari instable, irritable et persuadé qu’un changement de ville modifierait son karma. C’est à ce point mort de son existence, qu’une de ses meilleures amies vivant loin de New York, lui demande un service : elle est inquiète pour son père nonagénaire, qui vient de perdre sa femme, son grand amour, et se sent déboussolé. Si Isabel pouvait aller lui rendre visite de temps en temps pour s’assurer que tout se passe bien, ce serait formidable. Et la BA se tranforme en coup de foudre. Amical bien sûr. Mais ces deux-là se retrouvent sur d’innombrables de sujets, notamment ceux de l’amour et de la mort, mais plus encore autour de délicieux repas. Car Edward, en plus d’être un fin gourmet, est un cuisinier inventif. Entre une assiette d’huîtres et une tarte au citron, nos deux lascars refont le monde. Ce récit est le « feel very good book » par excellence qui derrière son apparente légèreté cache des questions essentielles et existentielles. Chaque chapitre est l’intitulé d’un menu, il l’appelle « ma chérie », elle tout simplement Edward. Ils ont uni leurs solitudes et se sont sauvé. Et nous on se régale !

 

partagez cette critique
partage par email
 Les internautes l'ont lu

Alors qu’elle vient de s’installer à Roosevelt Island, New York, la journaliste Isabel Vincent prend conscience du naufrage de son mariage. Alors qu’elle avait jusque là écrit des articles de fond pour des journaux reconnus, elle doit maintenant apporter des scoops à son rédacteur en chef et se sent un peu destabilisée.

Aussi, quand une de ses amies installée au Canada lui demande de rendre visite à son père, veuf depuis peu, Isabel accepte bien volontiers. Surtout que le vieux monsieur, 93 ans, est un adepte de la bonne cuisine et un cuisinier émérite.

Ces dîners raffinés, préparés avec grand soin par Edward, deviendront des rendez-vous réguliers entre ces deux êtres, chacun apportant à l’autre chaleur, réconfort et force de résilience.

J’ai pris un grand plaisir à lire ce livre, à découvrir l’immense histoire d’amour qui liait Edward à sa femme Paula et à suivre le parcours d’Isabel pour se réinventer en tant que femme et s’ouvrir au bonheur.

Ce livre, très court, a un côté apaisant que j’ai particulièrement apprécié.

partagez cette critique
partage par email