Vongozero
Yana VAGNER

traduit du russe par Raphaëlle Pache
Pocket
septembre 2014
544 p.  8,10 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Au coeur de l’actualité

Une épidémie mortelle se répand sur la planète. Aucun continent n’est épargné. Bientôt, les villes sont mises en quarantaine, les frontières bouclées. Plus aucun avion, aucun train ne circule. Un jour, Internet cesse de fonctionner.

Pourtant Anna, la narratrice, son fils Micha et son compagnon, Sergueï continuent à vivre dans leur agréable maison de la banlieue de Moscou, jusqu’à ce que Boris, le père de Sergueï, ne fasse irruption en les forçant à vider les lieux et à gagner au plus vite Vongozero, un relais de chasse au milieu d’un lac, dans la région difficilement accessible du Nord.

Immédiatement, une petite expédition se met sur pied à laquelle se joignent un couple de voisins et leur enfant mais également l’ex-femme de Sergueï, Irina, et leur jeune fils, Antochka. Ce groupe hétéroclite va devoir composer en dépit de leurs caractères divergents et de la rivalité qui s’est tout de suite instaurée entre Irina et Anna. Car ce qui se profile est une longue odyssée excessivement dangereuse et parsemée d’obstacles. Dans un milieu hostile et parfaitement désorganisé, il va leur falloir se ravitailler, trouver du carburant, des refuges pour se protéger du froid glacial et surtout contourner cités et villages pour éviter autant que faire se peut les autres, devenus des menaces potentielles.

L’équipée parviendra-t-elle saine et sauve  à destination?

Impossible en ouvrant « Vongozero » de ne pas penser à la fièvre Ebola qui ravage actuellement plusieurs états africains et fait un nombre important de victimes. Pour son premier roman, Yana Vagner échafaude un scénario de fin du monde qui n’est pas sans rappeler « La Route » de Cormac McCarthy, même si ici c’est un virus virulent qui sème la mort. Tout y est : le chaos qui s’installe, l’autorité politique qui se dissout, les structures sociales qui éclatent. Quant aux individus, abandonnés à eux-mêmes, ils sont prêts à se livrer aux pires violences. 

« Vongozero » c’est aussi l’étude des délicates relations humaines dans un univers clos avec ses tensions et la difficile promiscuité.

Avec un suspense sans faille, un réalisme sans inutile dramatisation, Yana Vagner offre un roman qui donne la chair de poule car le monde n’est pas à l’abri de pareil fléau.

partagez cette critique
partage par email