L'Assassin du train
Jessica Fellowes

Les soeurs Mitford enquêtent - tome 1
Le Masque
grands formats
mai 2018
496 p.  20,90 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

partagez cette critique
partage par email

q u o i  l i r e ? découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #97

Retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu

Un roman policier à la sauce Downton Abbey !

Dans ce roman, l’auteure a choisi de mêler la réalité et la fiction. Ainsi le pitch de départ, une infirmière de guerre, Florence Nightingale Shore, tuée dans un train en 1919 est un fait réel (le crime n’ayant jamais été résolu) et l’enquête est menée notamment par l’une des sœurs Mitford, Nancy, dont la famille issue de la haute aristocratie anglaise a réellement existé. On doit notamment à Nancy Mitford, le roman « Charivari » paru en 1935, qui n’a pas été réimprimé pendant presque 70 ans en raison de la brouille que ce roman avait provoquée entre Nancy et ses sœurs.

Ce roman démarre du point de vue de Louisa Cannon, jeune femme issue des quartiers pauvres de Londres, qui vit avec sa mère et son oncle. Le jour où son oncle l’emmène de force pour qu’elle se prostitue afin d’éteindre l’une de ses dettes, Louisa s’échappe et se fait recruter en tant que « nanny » de la famille Mitford. Elle devient rapidement la confidente de Nancy qui a le même âge qu’elle et qui trompe son ennui en tentant de résoudre l’affaire de l’assassinat de Madame Nightingale Shore, tuée justement dans le train que la famille prend régulièrement.

Cette histoire est à la croisée entre Downton Abbey (une famille de la haute aristocratie anglaise du début du XXième siècle), Orgueil et Préjugés de Jane Austen (avec Nancy qui se cherche un mari) et les romans de Patricia Wentworth ou d’Agatha Christie (pour le côté roman policier à l’anglaise). C’est une lecture divertissante, à la mode anglaise. Et Jessica Fellowes nous livre ici sa version de ce crime qui n’a jamais été résolu. Le fait que l’histoire se déroule au sein de la famille Mitford en renforce le charme, surtout lorsque l’on sait que Nancy Mitford a écrit sur eux.
Je regrette peut-être un démarrage un peu long ayant pour but de nous présenter le contexte familial de Louisa ainsi que certains dénouements un peu attendus (notamment amoureux). Mais l’ensemble est très plaisant !

Retrouvez Michigan sur son blog

partagez cette critique
partage par email