Les Illusions
Jane Robins

traduit de l'anglais par Caroline Nicolas
Sonatine
octobre 2018
360 p.  21 €
ebook avec DRM 14,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Un thriller poignant

C’est le premier roman d’une Anglaise inconnue, c’est un schéma de thriller qu’on a déjà vu accommodé à diverses sauces mais ces « Illusions », signées Jane Robin, valent bien mieux que leur résumé et la biographie de l’auteure. Cette novice en fiction ne nous laisse pas le temps de respirer. D’une main experte, elle introduit un trio infernal dans une situation dont on sait tout de suite qu’elle va virer au tragique. On est à Londres, quartiers chics, jeunesse dorée, entre bohème intello et bourgeoisie à la mode. La narratrice s’inquiète pour sa jumelle, actrice célèbre, en couple avec un golden boy dont tout indique qu’il l’étouffe et la maltraite. Et dès les premières pages, on sait que le tyran meurt…

Accident cardiaque, vraiment ? Cette mort semble valider les doutes de Callie, qui veut tant aider la fragile Tilda et la sortir des griffes du séduisant psychopathe. Sinon que, dans le récit en flashback qui suit, Jane Robbins nous tient en haleine avec le « qui ? » et le « comment ? ». Sans tout dire, elle pose un voile trouble sur les deux sœurs. Le psychorigide Félix n’était pas un cadeau, mais elles, à leur manière, ne sont pas très nettes non plus. La star capricieuse et dépressive prend toute la lumière et, dans son ombre, la libraire mal dans son corps se révèle instable et influençable. Entre elles, l’amour et la haine font des nœuds bien serrés, impossibles à démêler.

Les personnages sont consistants, leurs errements parfaitement crédibles, on marche. Le drame prend toute son épaisseur quand la jumelle de l’ombre se fait détective. Pour étayer ses intuitions, elle s’inscrit sur un forum en ligne de femmes battues. Et réalise à quel point elles sont nombreuses, désespérées, prêtes à tout. La romancière, ex-journaliste, a sérieusement bossé la question. Le monde souterrain des violences conjugales se révèle, traversant toutes les couches de la société, attendant la lumière et la délivrance. Choc.

Dès lors, « Les Illusions » n’est plus un énième thriller domestique, mais un mélange habile, poignant, d’imagination galopante et d’actualité sordide. Et Jane Robins démontre qu’elle est une auteure mature et pleine d’avenir. Dans son autre vie, elle a couvert l’Inde et l’Asie pour « The Economist », occupé un poste de conseillère à la BBC, produit une émission de radio, tenu une chronique dans « The Independent » et publié plusieurs essais historiques. Un riche parcours qui n’a inspiré en rien le sujet du livre, mais qui est pour beaucoup dans sa facilité d’écriture et sa finesse d’observation.

 

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil