Black-Out. Les disparues de South central
Cécile Delarue

PLEIN JOUR
août 2018
240 p.  19 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu
nuit blanche

“Une femme qui n’a pas peur des hommes leur fait peur” Simone de Beauvoir

5 serial killers dans le même quartier et on dénombre près de 100 disparues. Toutes provenaient de South Central, la partie sud de Los Angeles, tristement célèbre pour ses émeutes (de 1965 à celle plus connue de 1992). De tous les tueurs à South Central, un était particulièrement prolifique.
25 ans de recherche ont été nécessaire avant de mettre la main sur celui que l’on a surnommé Grim Sleeper ; une récompense à six chiffres et 20 ans pour que des preuves refassent subitement surface.

Grim Sleeper alias Lonnie Franklin Jr, marié, père de famille ; un homme bien selon ses voisins, toujours prêt à rendre service, qui avait toujours un avis sur tout. Et pourtant dans la ville du cinéma, l’histoire de toutes ces disparues a fait l’effet d’un mauvais film en noir et blanc.
A part les proches, personne, ni la police ni les médias ne s’intéressaient au sort de ces disparues.
Il a fallu 2 décennies pour que l’histoire éclate au grand jour et traverse enfin le microcosme qu’est la ville des anges, et ce grâce à la pugnacité d’une journaliste canadienne en quête de vérité…

“Tout ça n’aurait pas pu avoir lieu à Beverly Hills”

Et pour cause, cette histoire n’a pas fait écho. Journaliste française installée à Los Angeles, Cécile Delarue revient sur cette histoire, non pas pour raconter une énième histoire de serial killer, revenant sur le passé d’un esprit déviant, en tentant de comprendre ou de donner une explication rationnelle. Non, elle se place du côté des victimes, de l’humain, des protagonistes de toute cette histoire, qu’il soit un proche de la victime, une rescapée, policiers ou journaliste.

“On a la police qu’on mérite”

Un récit tristement captivant au ton percutant où l’on ressent l’injustice, la colère, la stupéfaction, l’indifférence ressenti par chacun des protagonistes.
Ca prend aux tripes. C’est une violence sourde et invisible qui vous explose en pleine gueule. Ce récit nous donne une autre vision du monde, des USA mais aussi des institutions de notre société dans sa globalité.

Une véritable claque ! Un récit qui bouscule, qui remue, qui dérange, qui vous marque. Aussi révoltant qu’incroyable, tout est hallucinant dans cette affaire jusqu’à la façon dont on met finalement la main sur Franklin Jr.

Un must-read pour le côté sociétal et le constat que l’on peut tirer des Etats-Unis vis-à-vis de son passé encore très présent.
Plus qu’un récit où l’auteure tente de retrouver les derniers témoins de cette triste affaire et de nous faire part de ses réflexions de Française, Cécile Delarue rend ici un bel hommage à toutes les victimes.

partagez cette critique
partage par email