Dedans ce sont des loups
Stéphane Jolibert

Le Masque
grande diff.
janvier 2016
288 p.  19 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

L’homme est un loup pour l’homme

Il est « la » bonne surprise passée presque inaperçue lors de sa parution en janvier. L’enthousiasme de quelques libraires, notamment du côté de Douai et les propos enflammés de purs lecteurs de polar ont fait le reste. Tout comme l’absence d’hiver véritable puisque c’est en plongeant dans ce Nord de glace, de neige et d’isolement rude qu’ont été ressentis les premiers frissons : froid et angoisse sont au rendez-vous.

« L’homme est un loup pour l’homme » : Plaute et Hobbes avaient bien raison, même si ces deux philosophes d’une autre époque n’avaient pas envisagé l’usage cinématographique et littéraire d’un tel axiome. Il y a comme un air de Fargo (des frères Coen) dans ce premier roman. Vieux Tom, l’un des protagonistes -aux motivations troubles- est devenu handicapé après un sale accident en forêt. Aucune amertume en lui, optimiste forcené qui s’est orienté dans un secteur à forte demande dans ce coin perdu : l’alcool.

Autour de lui gravitent Nats, pour Natsume, une armoire à glace au passé douloureux, homme providentiel qui préserve l’intégrité physique des prostituées du Terminus, le bar à putes de ce bout du monde. Il y a Sean, brute qui tabasse à tours de bras, rusé et retors à souhaits ; Leïla, fille de joie désabusée, amoureuse de Nats. Et puis il y a Sarah, la nièce de vieux Tom. Qui n’a aucune idée des règles qui régissent cet univers de testostérone, d’alcool, de sexe et de violence.

Plusieurs enjeux rendent inévitable la confrontation entre Nats et Sean. Le passé, l’amour, l’envie de raccrocher pour l’un, de devenir le boss pour l’autre… Malgré quelques facilités sur la fin, l’humour et le suspense équilibrent avec bonheur ce polar à l’ambiance glaçante. Quand on sait que l’auteur, novice, a grandi au Sénégal puis a roulé sa bosse dans le Pacifique sud, on se dit que le déficit d’hivers a produit un sacrément bon manque.

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil