Meurtre à Montaigne
Estelle Monbrun

Viviane Hamy
Chemins nocturnes
mars 2019
255 p.  19 €
ebook avec DRM 12,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

Meurtre à Montaigne de Estelle Monbrun
est le coup de cœur de la Librairie Millepages à Vincennes
dans notre q u o i l i r e ? #64 « spécial polars »

partagez cette critique
partage par email

q u o i  l i r e ?

Découvrez chaque semaine
les coups de coeur de libraires indépendants

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu

C’est en Dordogne, à Saint-Michel-de-Montaigne, que nous conduit cette fois-ci Estelle Monbrun, dans la fameuse tour ronde qui abrite la très célèbre librairie aux poutres blanches recouvertes de nombreuses citations grecques et latines, lieu où Montaigne aimait écrire, penser et se reposer.
Un matin de juillet, Olivier, un jeune étudiant chargé des visites guidées, arrive assez tôt afin de mettre de l’ordre dans la pièce de réception et tombe nez à nez avec … un homme inanimé gisant au pied de la fameuse tour. Accident ? Meurtre ? En tout cas, voilà l’intrigue et le suspense lancés…
Un mois après, sur l’île d’Oléron, Mary, une étudiante américaine chargée de surveiller les petits-enfants d’un dénommé Michel Lespignac, écrivain renommé se prétendant descendant de Montaigne, laisse se volatiliser les deux petites dont elle avait la garde. Encore une fois, simple accident ou bien enlèvement prémédité ? Mais par qui ? Et pour quoi ?
Le commissaire Foucheroux, en semi-retraite, est rapidement contacté par une ancienne assistante, la commissaire Leila Djemani, qui semble vouloir son aide. En effet, Michel Lespignac, ex-diplomate et ami des grands de ce monde, veut que l’affaire soit prise en charge par Foucheroux lui-même et ce, dans la plus grande discrétion.
Les deux affaires ont-elles un lien ? Peut-être bien dans la mesure où l’homme défenestré, un certain Daniel Klein, devait précisément être le secrétaire de Michel Lespignac durant l’été…
Inutile de vous dire que vous allez, le temps de cette lecture, fréquenter un bon nombre d’universitaires, spécialistes du grand Montaigne et à la fin du roman, vous n’aurez que deux envies : foncer en Périgord, si ce n’est déjà fait, pour visiter la fameuse tour et ses inscriptions, et surtout, vous replonger dans les textes de Montaigne…
Roman à l’atmosphère un peu désuète, Meurtre à Montaigne n’en est pas moins (certains diraient n’en est que plus) agréable à lire, mais j’avoue avoir eu quelques difficultés au départ à me repérer parmi les très nombreux personnages (un index est présent à la fin mais je ne l’ai découvert… qu’à la fin!)
Quelques bémols cependant : j’ai trouvé les personnages un brin caricaturaux, mais peut-être est-ce le style « Agatha Christie » qui veut ça…
Je me suis laissé prendre par l’intrigue, même si elle m’a semblé parfois un peu tirée par les cheveux, artificiellement complexe et bien peu vraisemblable… J’ai d’ailleurs été gênée par un décalage entre l’époque des faits (le XXIe) et l’impression de lire un texte qui se situerait au XXe, voire au XIXe : par exemple, lorsque les enfants sont enlevées, pas d’alerte-enlèvement, ni, du reste, indépendamment des questions de siècle, de parents angoissés par leur disparition… Seul le grand-père a l’air un peu ennuyé…
Enfin, l’oeuvre de Montaigne elle-même et les lieux qui sont les siens auraient mérité d’être davantage exploités par l’auteur : or, on a l’impression de les traverser bien rapidement sans vraiment s’y arrêter, de façon presque anecdotique, comme s’ils n’étaient qu’une toile de fond.
Une lecture agréable, mais qui n’est pas sans susciter quelques réserves, pour ce roman qui célèbre les 25 ans de la Collection Noire de chez Viviane Hamy « Chemins nocturnes » lancée par un titre d’Estelle Monbrun : Meurtre chez tante Léonie.
Mais ce n’est que mon tout petit avis… A vous de vous faire le vôtre !

LIRE AU LIT le blog

partagez cette critique
partage par email