Pukhtu
DOA

Gallimard
Série Noire

688 p.  21 €
ebook avec DRM 14,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

Apocalypse now version afgane

Derrière ses photos mystère ou son pseudo (d’après le film “Dead on arrival”), DOA prévient : il préfère mettre ses livres en avant plutôt que se dévoiler. Cela tombe bien, il y a beaucoup à dire, et en bien, sur « Pukhtu », sixième roman de ce Lyonnais de 46 ans. Ne pas se fier au label : on est dans la Série noire, mais pas dans le polar. Les deux gangs qui se disputent ici un juteux trafic d’héroïne sont des soldats US et des talibans. Cette ambitieuse fresque de guerre et d’espionnage nous entrouvre les coulisses d’un conflit né du 11 septembre et impossible à conclure parce qu’aucun des belligérants n’y a intérêt.
Dans cette zone entre Afghanistan et Pakistan survolée dans le film « Zero Dark Thirty » et la série « Homeland », DOA immerge des personnages cousins de ceux d »Apocalypse Now ». Des types sur un fil comme Fox, soldat des forces spéciales réglo, qui rêve de tout plaquer. D’autres en bout de course comme Voodoo et Ghost, piliers cupides et violents d’une société militaire privée. Autour d’eux défilent contrebandiers pachtounes et policiers corrompus, enfants poussés au martyre et femmes maltraitées par tous. Des salauds à tous les étages et un flot d’informations sur la guerre hight tech, sur les routes de la drogue ou sur les manigances du complexe militaro-industriel. Testostérone et géopolitique, un mélange addictif. Rendez-vous dans un an pour « Pukhtu Secundo »…
Lire l’interview (passionnante) de Doa

partagez cette critique
partage par email

q u o i  l i r e ?
découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #94


Retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu

DOA Puissant

Un récit puissant qui éclaire la réalité d’un terrain miné par les trafics… Une écriture, un style qui nous entrainent dans une spirale noire. Un sentiment de faire corps avec les protagonistes dans le noyau nucléaire, le vrai, celui qui se fissure avant d’exploser. Peur et souffrance chaque minute, chaque seconde. Respiration coupée… Comment s’arrêter de lire quand tout peut basculer? Des soldats qui perdent leurs repères … Le monde des medias les oublient alors qu’ils sont en mission gouvernementale… Cette guerre n’aura pas de fin.

partagez cette critique
partage par email