Dans l'ombre du brasier
Herve Le Corre

Editions Rivages
rivages noir
janvier 2019
491 p.  22,50 €
ebook avec DRM 16,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Au-delà du roman noir

Avec la richesse de plume qu’on lui connaît, Hervé Le Corre possède le meilleur bagage pour voyager. Il ne s’en prive pas. On l’a quitté dans une banlieue bordelaise déprimée, le voici dans un Paris chaotique. A un siècle et demi de distance. En remontant le temps, l’auteur du récent « Prendre les loups pour des chiens » se replonge dans l’atmosphère de « L’homme aux lèvres de saphir » (2004). Il y trouve le cadre idéal pour une réflexion sur la justice, l’amour et le bonheur. Qu’en reste-t-il quand tout s’est effondré ? Quand il n’y a plus ni lois ni tribunaux. Quand les familles et les couples sont séparés ou éclatés. Quand les corps sont meurtris et les esprits écartelés.

On est en mai 1871, la Commune de Paris agonise sans le voir. Cramponné à son fusil comme à ses dernières illusions, Nicolas fuit droit devant, d’une barricade à une porte. Il est à La Muette quand, près du boulevard Poissonnière, un cocher hirsute et une brute à la gueule cassée enlèvent Caroline, sa fiancée. Emmenée dans un fiacre sinistre, enfermée dans un sous-sol poisseux. Marchandise à louer ou à vendre. Elle n’est pas la première et le commissaire Roques le sait. Policier bénévole, sinon improvisé, il a la faiblesse de croire à sa mission et de suivre une piste.

Le fond historique est un catalyseur, l’intrigue policière un prétexte. L’un et l’autre exacerbent les tensions, les sentiments, les douleurs. Entre l’errance du jeune Communard et la traque de l’enquêteur, Hervé Le Corre montre la prison à ciel ouvert qu’est alors la capitale. La perception des sens est amplifiée, visions d’horreur, vacarme, odeurs infectes, souffle des bombes. Le rythme du récit est scandé par la violence des combats, restitués comme de sanglants tableaux de maître.

La liberté, l’évasion, la beauté, les révolutionnaires en armes les rencontrent dans les intérieurs bourgeois dont ils forcent la porte, le temps d’un bref repas ou d’un petit somme. Des points d’Histoire et des personnages plus ou moins connus viennent dater cette trame policière classique et cette topographie familière. Le tout semble passé à la patine, avec juste ce qu’il faut de langue de l’époque, ça et là un mot ou une expression qui a franchi un siècle mais pas deux. On est au-delà du roman noir, dans une littérature qui nous interpelle autant qu’elle nous emporte. De quoi relativiser d’autres histoires, plus proches, de barricades et de révoltes.

 

partagez cette critique
partage par email
coup de coeur

Dans l’ombre du brasier de Hervé Le Corre est le coup de cœur de la librairie Lune est l’autre à Saint Etienne
dans le q u o i l i r e ? des libraires #57

partagez cette critique
partage par email
 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

Sublime fresque historique

Une envie de polar historique ? Foncez, vous ne pourrez qu’apprécier ce magnifique roman noir. Nous voici revenu au temps de la Commune de Paris, cette période insurrectionnelle de l’histoire de France qui n’aura duré que deux mois et dont la dernière semaine est appelée et vous comprendrez pourquoi en lisant le livre « la semaine sanglante ». La trame de fond est posée et nous allons se dérouler le destin de nombreux personnages en ces temps troubles, qui auront tous une belle envergure, les bons comme les méchants. Pour le côté « romance » nous auront le couple que forme Nicolas Bellec qui combat avec les communards et sa bien-aimée Caroline qui de couturière passera à infirmière. Le côté polar sera assuré par Antoine Roques citoyen relieur de son métier, il se verra promu par le peuple aux fonctions de « commissaire » de police et débutera une enquête sur la disparition mystérieuse de très jeunes femmes. Quand au côté thriller, je vous laisse découvrir le personnage crée par Hervé le Corre et qui ne manque pas de saveur sans compter tous les autres camarades rencontrés au fil du roman qui nous donnent un aperçu de ce que pouvait être la vie à cette période.
J’ai passé un excellent moment de lecture très dépaysant et qui à la fois a su trouver une résonance dans une moindre mesure dans notre mouvement des gilets jaunes de ces dernières semaines. On dit que l’histoire est un éternel recommencement alors mieux vaut la connaître un peu. L’écriture est vive et incisive, une belle façon de décrire les us et coutumes, les anciens métiers ou encore un langage à la fois désuet et tirer de la campagne. Une vision de Paris qui fait réfléchir avec tous ces noms de rues que nous connaissons et qui prennent vie d’une façon différente. Un très beau roman à découvrir pour les amoureux de paris et de son histoire. Le tout en privilégiant la petite histoire dans la grande. Bonne lecture.

partagez cette critique
partage par email