Girl
Edna O'Brien

traduit de l'anglais par Aude de Saint-Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat
Sabine Wespieser
litterature
septembre 2019
243 p.  21 €
ebook avec DRM 15,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

« Girl » de Edna O’Brien
est le coup de coeur de L’Arbre à Papillon à Phalsbourg
dans le q u o i  l i r e ? #80

partagez cette critique
partage par email
coup de coeur

Incroyable Edna O’Brien

Au fond, c’est toujours la même histoire : l’oppression des femmes par les hommes, mais aussi la force des femmes sur les hommes. Que ce soit en Irlande (« Filles de la campagne »), en Serbie (« Les petites chaises rouges »), au Nigéria (« Girl »), Edna O’Brien poursuit son combat pour la liberté et l’égalité, le même que celui de ses vingt ans. Elle ne cède jamais à la facilité, même malade retourne au combat, celui qu’elle mène depuis ses débuts avec l’écriture (et quelle écriture) comme arme.

Tout le monde se souvient de l’enlèvement de ces lycéennes, en 2014, par le groupe Boko Haram qui, au-delà de l’idéologie, voulait surtout des esclaves sexuelles, des bonnes à tout faire, et éventuellement des mères pour leurs enfants. Se glissant dans la peau d’une de ces adolescente kidnappées, elle raconte la violence, la douleur, la terreur, et le sentiment qu’il n’y a aucun espoir, pas de fuite possible, la sensation que tout le monde vous a oubliée… Pourtant, la narratrice réussira à s’évader avec son bébé, fruit d’un viol. Comment aimer une enfant qui, par sa présence, vous révèle l’horreur que vous avez subie ? Une enfant qui marque le signe de votre déshonneur, de votre complicité avec l’ennemi, vous fait devenir la honte de votre famille, celle-ci vous estimant souillée, et peu importe que vous n’ayez eu aucun autre choix.

Ce nouveau roman d’Edna O’Brien est tout simplement incroyable. Non seulement parce qu’il est écrit par une femme de plus de quatre-vingts ans, qui a déserté sa maison-bonbonnière à deux encâblures de Harrod’s, pour aller enquêter sur place. Mais aussi parce qu’elle n’a jamais failli, pas plus cette fois que les précédentes, n’a jamais été prise en défaut de paresse ou de facilité, parce que son talent est aussi puissant qu’au premier jour. Une sacrée femme et une sacrée romancière.

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil