Jeu blanc
Richard Wagamese

10 X 18
janvier 2019
264 p.  7,50 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

Jeu blanc de Richard Wagamase est le coup de cœur de la librairie L’Arbre à papillons à Phalsbourg dans le #55 du q u o i l i r e ? des libraires

partagez cette critique
partage par email

q u o i  l i r e ?
découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #94


Retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

Un palet en plein coeur !

Un palet en plein coeur, voilà ce que j’ai eu l’impression de recevoir à la lecture de ce magnifique roman.

Saul Indian Horse, arrivé à la trentaine, est un homme à la dérive. Hospitalisé dans un centre de désintoxication pour alcoolique, son médecin lui conseille d’écrire son histoire afin de pouvoir peut-être ensuite reprendre le cours de sa vie.

Saul est un indien Ojibwé. Il a passé toute son enfance à se cacher des hommes blancs qui parcouraient les forêts, les réserves pour enlever aux autochtones leurs enfants, les conduire dans des internats afin de détruire tout ce qu’il y avait d’indien en eux.

Malheureusement, en 1961, à l’âge de 8 ans, Saul n’a plus aucune famille et il se retrouve dans un de ces internats, dans le nord de l’Ontario. Vont suivre 5 années de souffrances physique et morale. Cependant, Saul se découvre une passion pour le hockey. Soutenu par le Père Leboutilier, le jeune garçon va s’entraîner comme un forcené afin de devenir un grand joueur.

Ce qu’il deviendra mais il devra faire face au racisme et à sa violence : les Blancs pensent que ce sport leur appartient. Saul parviendra-t-il à gérer toute la violence qu’il monter en lui et celle qu’il doit subir sur le terrain de hockey ? Je n’en dirai pas plus.

J’ai eu plusieurs coups au coeur en lisant » Jeu Blanc »:

en lisant les magnifiques descriptions des paysages de son enfance, les coutumes et le savoir-faire ancestral de sa grand-mère
les conditions horribles dans lesquelles les enfants autochtones ont été maltraités, affamés, abusés dans ces soit-disant écoles dirigées par des prêtres et des bonnes soeurs
la violence du racisme dans le sport
la force de résilience de Saul
Ce roman est magnifique, puissant. Je suis ressortie bouleversée de sa lecture. Merci aux Editions 10-18.

partagez cette critique
partage par email