La Goûteuse d'Hitler
Rosella Postorino

Albin Michel
janvier 2019
400 p.  22 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

La goûteuse d’Hitler de Rosella Postorino est le coup de cœur de la librairie Saint Pierre à Senlis
dans le #56 du q u o i l i r e ? des libraires

partagez cette critique
partage par email

q u o i  l i r e ?
découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #94


Retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

J’ignorais jusqu’à la parution de ce roman qu’Hitler avait utilisé des femmes pour manger quelques heures avant lui les plats qui lui seraient servis au petit-déjeuner, déjeuner et dîner.

Automne 1943. Rosa, 26 ans, a quitté Berlin et son appartement détruit par les bombardements pour rejoindre en Prusse Orientale ses beaux-parents. C’est dans leur petit village qu’elle veut attendre le retour de la guerre de son mari Gregor.

Mais quelques jours après son installation, des SS viennent lui notifier son obligation de se rendre tous les matins au Krausendorf où vit retranché le Führer. Elle se retrouve donc avec une dizaine de femmes inconnues, contraintes comme elle, à passer ses journées dans un réfectoire à manger et à attendre ensuite des heures pour voir si un des plats était empoisonné. Le système est bien rôdé : seules deux femmes mangent le même met afin de pouvoir détecter plus facilement lequel contenait du poison.

Outre la peur à chaque bouchée avalée, Rosa doit composer avec ses compagnes plus ou moins amicales, l’attente de la permission de Gregor pour les fêtes de Noël. Or, elle reçoit un pli de l’Etat Major l’avertissant que son mari a disparu en Russie.

La jeune femme, persuadée qu’elle ne reverra plus jamais Gregor, n’aspire plus à vivre. La dépression qui s’abat sur elle lui fait par réaction prendre un chemin qui pourrait être dangereux pour elle.

Le fait historique évoqué dans ce roman est intéressant ; la peinture de la société allemande à cette époque montre que tous n’adhéraient pas aux thèses et actions du nazisme mais que tous vivaient sous la contrainte et la peur comme sous toute dictature bien organisée et contrôlée. Ce qui, à mes yeux, n’excuse toutefois personne.

Rosella Postorino évoque aussi dans ce roman la vie des femmes en temps de guerre : les difficultés au quotidien pendant que les maris sont au front ou prisonnier, les amitiés ou inamitiés entre femmes, le manque de tendresse et de contact physique qui peuvent pousser à faire des choses dangereuses.

Ce livre montre aussi que, quelque soit le côté où l’on se trouve, la guerre n’engendre toujours que peur et souffrance.

partagez cette critique
partage par email
 
coup de coeur

Une histoire singulière

Saviez-vous qu’Hitler utilisait des femmes allemandes pour valider sa nourriture ? En lisant un journal, Rosella Postorino découvre l’existence de Margot Wölk, la dernière goûteuse du Führer. Inspirée, l’auteure italienne nous raconte l’expérience singulière de cette femme allemande qui a risqué quotidiennement sa vie durant la Seconde Guerre mondiale. La narratrice de cette fiction puissante s’appelle Rosa Sauer. Contre sa volonté, elle va goûter les plats du Führer alors que son mari est porté disparu en Russie. Dès les premières pages, la lectrice est décontenancée par le point de vue de la narratrice : une allemande qui fréquente les nazis et tombe amoureuse d’un SS. Sans jamais porter de jugement, l’auteure nous interpelle : qu’auriez-vous fait à la place de Rosa ? En s’appuyant sur diverses anecdotes, Rosella Postorino replace Hitler dans sa position d’être humain : un homme végétarien, paranoïaque, souffrant de flatulences et d’insomnies. Dans ce roman captivant, il est question de désir, d’amour, d’amitié, de fidélité, de culpabilité…Ce livre a déjà remporté une série de Prix littéraires en Italie, certainement parce qu’il relate remarquablement l’histoire singulière d’une femme à une époque particulière de notre histoire.

partagez cette critique
partage par email