Le cœur converti
Stefan Hertmans

traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin
Gallimard
du monde entier
août 2018
368 p.  21,50 €
ebook avec DRM 15,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Une héroïne du Moyen Age

Voici une histoire shakespearienne : un amour interdit entre une jeune chrétienne et un étudiant juif, leur fuite à travers la France, puis l’exil en Orient. Cette histoire vraie a mille ans, mais l’écrivain flamand Stefan Hertmans en fait un superbe roman contemporain.

Un amour interdit Tout commence à Rouen, en 1091. Vigdis, descendante de riches Normands chrétiens, blonde aux yeux bleus, s’éprend de David Todros, fils du grand rabbin de Narbonne venu étudier à la yeshiva rouennaise. Cette passion interdite les transforme en fugitifs, avec à leurs trousses des chevaliers appâtés par une récompense. En trois mois, les amants parcourent 900 kilomètres dans la France du Moyen Age, dormant ici ou là, se nourrissant de ce qu’ils trouvent, à la merci des vagabonds et autres bandits. Mariés selon le rite juif à Narbonne, ils ne trouveront refuge qu’à Monieux, un petit village provençal. C’est là que notre auteur, qui y possède une maison, intervient. On sait que des croisés en route pour Constantinople ont perpétré un pogrom à Monieux au moment où Vigdis et sa famille y habitaient, et qu’un trésor serait caché depuis lors. Mais pourquoi retrouve-t-on la trace de la jeune prosélyte en Egypte ?

Un roman passionnant

Stefan Hertmans écrit bien plus qu’un roman historique ; il y entremêle le récit du roman, détaillant sa propre itinérance sur les pas des amants traqués, s’efforce d’effacer le paysage contemporain pour y substituer celui d’il y a mille ans, remplissant les vides par son empathie et son imagination. Il fait ainsi revivre une société complexe et multiculturelle, un monde à la fois tolérant et cruel, et partage avec le lecteur sa passion, ses questions, ses trouvailles, ménageant le suspens d’un véritable thriller historique et littéraire. Le lecteur est à son tour fasciné par Vigdis qui, par amour, abandonne sa famille, son statut et sa religion, traverse les continents et nous parvient intacte et magnifique comme les plus grandes héroïnes tragiques.

 

partagez cette critique
partage par email