Les mutations
Jorge Comensal

Les Escales
août 2019
206 p.  19,90 €
ebook avec DRM 13,99 €
 
 
 

q u o i  l i r e ? découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #97

Retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu

Incursion dans la littérature mexicaine contemporaine que j’avoue ne pas connaître.

Les mutations, ce sont celles que font les cellules saines pour se transformer en cellules cancéreuses. Le thème de fond de ce roman est le cancer, abordé d’une façon qui se veut humoristique mais aussi cinglante.

Le personnage principal, Ramon, est un avocat brillant et prospère, marié et père de deux enfants. Or à quelques semaines de ses 50 ans, un cancer de la langue lui est diagnostiqué. Il n’y a pas d’autre solution pour le sauver que de pratiquer une ablation de la langue.

Ramon perd d’un coup la parole, son travail, sa vie sociale ainsi que son train de vie n’ayant pas souscrit d’assurance maladie.

Sa route va croiser celle d’un oncologue persuadé de devenir célèbre grâce au cas de Ramon, d’une psychanalyste qui a survécu à un cancer du sein et qui depuis fait pousser chez elle du cannabis qu’elle offre à ses patients.

Je n’ai pas bien compris quel était l’objectif de l’auteur avec ce roman qui m’a laissée un peu perplexe.

partagez cette critique
partage par email
 

« Qui peut bien être l’oncologue du monde ? »

Le vrai sujet de ce premier roman, c’est le cancer. Celui dont est atteint Ramon, de la langue, est mutilateur au premier chef pour un avocat vivant de sa faconde. Un cancer qui intéresse son oncologue parce que la mutation dont sont atteintes ses cellules est étonnante, stupéfiante, il y voit une piste pour des recherches qui pourraient apporter beaucoup, dans un avenir très lointain. Un cancer du sein pour Teresa, sa psy, qui ayant remporté la première manche s’est spécialisée dans l’aide aux malades du cancer et cultive en douce sa propre production de soutien efficace. Et puis il y a les mutations plus métaphoriques, les altérations des cellules familiales ou sociales, les répercussions métastatiques de la maladie dans l’organisation même des vies. Un sujet pas simple et bien plombant, en réalité, alors comment se fait-il qu’on puisse autant sourire dans cet étonnant roman ? Peut-être parce que Jorge Comensal propose un humour bon enfant, à base de gros mots ou de rupture de situations, qu’il aime ses personnages et sait nous les rendre attachants, ou qu’il parvient à nous faire ressentir la fraternité de nos destins individuels, quel que soit notre pays. Un auteur à suivre !

partagez cette critique
partage par email