Ombres sur la Tamise
Michael Ondaatje

traduit de l'anglais par Lori Saint-Martin et Paul Gagné
olivier
oliv. lit.et
avril 2019
279 p.  22,50 €
ebook avec DRM 15,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

Les fantômes du passé

L’auteur de l’inoubliable « Patient anglais » (1992) publie un roman élégant et subtil sur une famille londonienne enveloppée dans la brume épaisse de l’espionnage de guerre, et les silences inviolables de l’Histoire qui éclipsent les êtres d’un quotidien rendu impossible.

Londres, 1945. La guerre est à peine terminée, la capitale britannique exsangue, lorsque les parents de Rachel et Nathaniel le narrateur, 16 et 14 ans, s’envolent vers Singapour pour le travail du père. Les adolescents sont confiés à un ami de la famille surnommé le Papillon de nuit, et à son acolyte, ancien boxeur, alias le Dard, que les deux jeunes gens soupçonnent d’être d’anciens criminels. Les collégiens mènent près de leur tuteur une existence peu banale, leur salon devient le théâtre de réunions entre des personnages liés par quelque affaire secrète. Parallèlement, alors que Rachel se passionne pour le théâtre, le narrateur passe de plus en plus de temps avec le Dard qui œuvre dans le trafic de lévriers de course, entre convoyages nocturnes de chiens sur la Tamise, courses et paris truqués. Cette vie de faux-semblants prend un tour inquiétant lorsque le frère et la sœur découvrent la malle intacte de leur mère censée être partie avec son mari. Le mystère s’épaissit : pourquoi a-t-elle menti à ses enfants et où se cache-t-elle ? Quelques quinze ans plus tard, Nathaniel, embauché dans le service des renseignements britanniques, cherche à avoir accès aux archives de cette époque dans lesquelles il espère trouver des réponses à ce passé insondable.

 

Roman d’initiation et roman d’espionnage, roman sur la poursuite de la guerre quand celle-ci est terminée, « Ombres sur la tamise », magnifiquement traduit, est nimbé d’une atmosphère mystérieuse, d’un clair-obscur mélancolique et modianesque à souhait, entre rêve et réalité, secrets et disparitions. Michael Ondaatje est un très grand romancier qui, avec virtuosité, tisse une histoire faite de la part d’ombre des personnages, plus réelle que la vie même.

 

partagez cette critique
partage par email