Pardon, s'il te plait, merci
Charles Yu

forges vulcain
mai 2019
240 p.  16 €
 
 
 

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

Un voyage des plus érudits dans Le Fantastique

Relevé, atypique, subtil « Pardon, S’il te plaît, Merci » est un condensé de nouvelles originales, hors du sentier battu, éloignées de la terre-mère. Dans cette lecture raffinée, élevée se glissent des avertissements en poivre et sel. Saveurs et délectations, sourires et grimaces, la pertinence est la levure des rois. Cette pépite est bien plus qu’un livre rare. Charles Yu est un grand auteur. Les nouvelles, mariées dans un troisième degré plaisent aux érudits de l’Anticipation. La Science-Fiction déploie le tapis rouge. Le lecteur est en voyage dans ce monde où l’identité revêt son habit le plus existentialiste possible. L’impression fulgurante d’être entre deux couleurs, le noir et le blanc, le sombre et la clarté, les sentiments et le lâcher prise. Tout ce qui est relié au XXème siècle se trouve en décadence dans une approche d’une ère nouvelle que l’auteur construit avec ses connaissances et convictions. La terre ferme vacille. Le questionnement cher à aux philosophes prend ici des notions futuristes superbement maîtrisées et intelligentes. « Mieux vaut avoir aimé et perdu que ne jamais avoir aimé du tout ? Que dites-vous de cela : j’ai perdu des choses que je n’ai même jamais eues.» Ces nouvelles sont une chance. Dotées d’un enseignement perfectionniste, toutes de prouesses et délivrées par un grand connaisseur de « Franz Kafka, Kurt Vonnegut, et Douglas Adams. » Charles Yu possède le genre, apprécie l’envergure Fantastique, délivre dans ses nouvelles l’emblème d’une Science-Fiction dont il connaît tous les degrés, les arcades et la fibre littéraire. L’écriture contemporaine, agréable, aérienne est une œuvre intégrale à part entière. « Nous avons atteint le point où notre connaissance du monde surpasse désormais notre capacité à croire, croire ce que nous voyons, croire en nos capacités… » « Il a l’art de parler en italique. » « Ce que nous sommes capables a désormais atteint et probablement surpassé l’intuition de ce que nous pensions possible. » »Pardon, S’il te plaît, Merci » est un langage à apprendre par cœur. Les illustrations de la première de couverture de Elena Vieillard, pavloviennes et remarquables sont toujours au summum d’un trait qui par sa fidélité aux Editions Aux forges de Vulcain sont appréciées et attendues. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) avec brio par Aude Monnoyer de Galland. Les Editions Aux forges de Vulcain prouvent une nouvelle fois leur haute qualité éditoriale. A lire par tous les temps. A offrir sans modération.

partagez cette critique
partage par email