Réveiller les lions
Ayelet Gundar-Goshen

10 x 18
litt etrangere
août 2019
430 p.  8,80 €
 
 
 

q u o i  l i r e ? découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #97


Retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

un grand roman

Difficile de résumer cet excellent roman qu’est « Réveiller les lions »

Le Docteur Ethan Green, neurochirurgien à Tel Aviv, se considère comme un homme bien. Quand il a découvert que son mentor, le grand Professeur Zackaï avait un faible pour les grosses enveloppes de billets, il n’a pas vraiment hésité, au nom de l’éthique, à vouloir le dénoncer.

Ce qui lui a valu d’être muté dans l’hôpital de Beer-Sheva, petite ville proche du désert, avec sa femme Liath, inspectrice de police, et ses deux très jeunes fils.

Ethan s’ennuie et une nuit en sortant d’une garde prolongée, il décide d’aller tester la puissance de son 4×4 rouge dans les dunes du désert. Histoire de ressentir un peu d’adrénaline. Il va être exaucé : dans le noir, il percute un clandestin erythréen. L’homme, le crâne défoncé, agonise. Le Dr Green décide alors de prendre la fuite l’ abandonnant sur le bas-côté.

Le lendemain matin, une femme , Sirkitt, sonne à la porte de son domicile. Elle se présente comme la veuve de l’homme qu’il a tué et lui rend son portefeuille qu’il avait perdu sur les lieux. Elle ne le dénoncera pas à condition qu’il vienne soigner immédiatement un clandestin grièvement blessé.

Ethan se trouve pris au piège dans chantage qui va empiéter sur sa vie personnelle, son travail à l’hopital, sur ses pensées et ses désirs. Ce n’est qu’à la fin du roman que l’on comprendra les motivations de Sirkitt qui n’est peut-être pas la victime que l’on croit.

Ayelet Gundar-Goshen dépeint avec talent la société israëlienne actuelle, les inégalités sociales, la misère qui pousse aux trafics en tous genres.

partagez cette critique
partage par email