Tangerine
Christine Mangan

Harper & Collins
mai 2019
320 p.  20 €
 
 
 

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu

Sous le soleil de Tanger.

Tanger, son soleil implacable, sa chaleur suffocante est « le personnage » principal de cet excellent thriller.

Nous sommes en 1956 lorsque Lucy débarque dans la ville pour retrouver Alice, son amie de fac.
Etudiantes dans le Vermont les jeunes filles s’étaient découverts de nombreux points communs qui avaient scellé leur amitié, jusqu’à un mystérieux accident.

Bien des années plus tard Alice épouse John et le suit à Tanger où elle ressent rapidement une impression d’étouffement et peine à trouver sa place, préférant se terrer chez elle pour échapper à cette chaleur d’enfer.

Les retrouvailles ne sont pas aussi joyeuses que l’espérait Lucy. Alice lui semble perdue et malheureuse.
« Elle semblait dangereusement proche du gouffre malgré son sourire et son rire forcé résonnait dans le salon tandis qu’elle enchaînait les allées et venues pour remplir nos verres et s’empresser de meubler la conversation. »

Bien vite la tension monte entre les deux femmes et bien des questions se posent : Lucy est-elle l’amie qu’elle prétend être ? Qui est John qui semble avoir beaucoup à cacher ? Pourquoi est-il si blessant envers sa jeune épouse ?

Je m’en voudrais d’en dévoiler davantage tant l’auteure distille les éléments de son intrigue à dose homéopathique.
J’ai aimé la narration en chapitres alternés donnant tour à tour la parole à Alice et à Lucy, ce procédé donne à mon avis de la vigueur au récit.

« Tangerine » est un premier roman totalement réussi, le rythme soutenu, l’écriture nerveuse et fluide, les rebondissements fréquents le rendent rapidement addictif.

partagez cette critique
partage par email