Un manoir en Cornouailles
Eve Chase

10 x 18
litt etrangere
mai 2019
429 p.  8,40 €
 
 
 

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

coup de coeur

Les Editions 10-18 ont apposé sur la couverture d’ « Un manoir en Cornouailles » un bandeau » votre livre de l’été ». Mais je veux rassurer les lecteurs qui n’auraient pas le temps de le découvrir pendant les vacances, le charme de ce roman opérera aussi en automne ou en hiver, au coin du feu !

Lorna, la trentaine, est institutrice pour jeunes enfants. Elle est passionnée par son métier et tout ce qui est vintage : vêtements, chaussures, mobilier et maisons. Elle nage dans le bonheur car elle a trouvé l’homme de sa vie en la personne de Jon qu’elle va bientôt épouser.

La jeune femme désire par dessus tout que son mariage soit célébré dans une vieille demeure. C’est une annonce sur internet qui lui a fait découvrir le Manoir de Pencraw en Cornouailles. La demeure paraît vieillotte à souhait et surtout, le prix est très attractif.

Lorna, accompagnée de Jon, vient visiter le manoir et rencontre ainsi l’austère propriétaire Mme Caroline Alton et sa gouvernante Dill. Si la jeune femme est instantanément attirée et troublée par les lieux, Jon trouve la maison plutôt décatie et n’envisage pas un instant de se marier dans un tel endroit.

Caroline Alton, sentant un client potentiel lui échapper, propose à la jeune femme de venir passer un week-end afin de se familiariser avec les lieux. Lorna, malgré l’avis contraire de son fiancé, décide d’accepter. Elle se sent envoûtée par le manoir, ressent une impression de déjà-vu et cherche à comprendre pourquoi.

Je ne dévoilerai rien de plus quant à l’intrigue du roman qui successivement nous fait découvrir la famille Alton en 1968 et la découverte des lieux et de sa propre histoire de nos jours par Lorna.

Amateurs d’histoires de famille, de secrets qui éclatent au grand jour, d’ambiance à l’anglaise, ce roman doit impérativement figurer dans votre PAL !

partagez cette critique
partage par email