Aires
Marcus Malte

Zulma
janvier 2020
488 p.  24 €
ebook avec DRM 12,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

Chassés-croisés

Après « Le Garçon », prix Femina 2016, Marcus Malte publie un roman riche et ambitieux, à la narration chorale parfaitement orchestrée, un chassé-croisé de personnages comme autant de vies parallèles et enchevêtrées. L’histoire se déroule en quelques heures, le 6 août 2012, sur l’autoroute surchauffée où vacanciers et travailleurs avalent les kilomètres. Ce roman humaniste et généreux dresse le portrait d’une époque, de l’individu nomade et solitaire à l’ère de la société de consommation qui le dévore.

Ce jour-là, Roland Carratero, sa tortue de compagnie dans le coffre de sa Kangoo, rejoint son ex-femme qui se meurt d’un cancer ; un père divorcé emmène son fils à Disneyland pour son anniversaire ; un chauffeur routier prend en stop un homme qui brandit une pancarte « Ailleurs » ; un couple de sexagénaires rend visite à leur fils ; une héritière fortunée du secteur de l’alimentation animale lutte contre le sommeil ; une épouse et mère remet en cause sa condition après une rencontre troublante ; deux jeunes gens sont en partance pour les vacances, tandis que Zoé, la petite vingtaine, à la foi catholique inébranlable, voit passer à l’Arche, enseigne de restauration autoroutière où elle travaille, bon nombre de ces voyageurs. Ici, les chapitres sont titrés de la marque des véhicules, telle une sociologie des usagers de la route : dis-moi ce que tu conduis, je te dirai qui tu es. Automobilistes occasionnels, professionnels du bitume, classes moyenne, aisée, précaires, marginaux, l’auteur sonde la société et critique avec mordant ses travers cyniques et capitalistes. Dans les habitacles, silences et paroles alternent avec la radio en fond sonore qui déclame informations et conditions du trafic, état de la bourse, chansons et slogans publicitaires. Les histoires intimes émergent, l’espace clos de la voiture (lieu commun du road-trip) se prête aux pensées vagabondes, à l’expression des blessures, des regrets ou de la solitude. La vie défile comme les kilomètres, et les histoires se tissent, se défont, pare-chocs contre pare-chocs, chaque destin scellé de près ou de loin à un autre. Marcus Malte accomplit un tour de force littéraire en établissant des liens, accrochant des wagons d’histoires, faisant advenir le hasard ou la destinée, provoquant des accidents de parcours et des dérapages incontrôlés. Le voyage est passionnant, les personnages attachants dans leur complexité, les situations parfois drôles et satiriques, parfois bouleversantes et désespérées. Le tout est simplement brillant.

 

partagez cette critique
partage par email

q u o i  l i r e ? découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #97


Retour à la page d'accueil