Amour propre
Sylvie Le Bihan

Lattès
romans contempoain
mars 2019
278 p.  18,90 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

Amour propre de Sylvie Le Bihan
est le coup de coeur de la librairie Tonnet à Pau
dans notre q u o i  l i r e ? #67

partagez cette critique
partage par email
coup de coeur

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu

Sur les pas de la femme derrière la mère

Giulia, la narratrice, arrive à un moment de sa vie qu’elle attend avec impatience. Divorcée, elle a élevé seule ses trois enfants et lorsqu’elle pense enfin pouvoir penser à elle, les deux plus jeunes, Thomas et Antoine décident de prendre une année « sabbatique » après le bac pour réfléchir à leur orientation de vie.

C’est la goutte qui fait déborder le vase déjà trop plein. Elle décide de partir pour Capri, seule, dans la ville qui abrite la maison de Curzio Malaparte, et se lance dans des recherches à la fois sur cet auteur qui la lie à sa mère mais aussi sur elle-même, son rôle de mère et sur sa vie.

Dès que j’ai su quel était le thème du roman de Sylvie Le Bihan, le rôle de mère, l’amour maternel, j’ai été intéressée car ce sont des sujets qui me posent question, très peu traités et j’ai donc rencontré l’auteure lors du Printemps du livre à Montaigu début Avril.

(…)et ma liberté était mon plus cher trésor. Je l’ai déposée, en offrande, au pied du berceau de mes enfants, j’ai donné ma solitude, ma vie, pour me fondre dans cette idée que la maternité était le plus grand bonheur pour le plus grand nombre de femmes. (p111) (…) Mais, j’ai eu des enfants et je le regrette. (p114).

Définition d’Amour propre : Sentiment vif qu’un être a de sa dignité et de sa valeur personnelle.

Tout est là, dans ce titre. Toute mère s’est posée un jour ou l’autre, pour des raisons diverses, la question : qui aurai-je été si je n’avais pas eu d’enfants, que suis-je devenue depuis leur naissance, qu’ai-je fait de mes rêves, est-ce cela être mère ? Le plus souvent ce questionnement se fait entre elle et sa conscience car il n’est pas bon de douter, de s’interroger, même s’il n’est pas question de remettre en cause l’amour que l’on porte à ses enfants.

Même si ça ne se fait pas, une maman ne dit pas qu’elle voudrait un peu de temps pour elle, ne serait-ce que pour se reposer. Si une mère a le malheur de s’épancher, elle passe pour un monstre d’égoïsme, surtout quand elle est la sorcière responsable de l’éclatement d’une famille. (p65)

Une partie du roman de Sylvie Le Bihan tient dans cette définition : quel regard porte-t-on sur le rôle de mère, celui-ci est-il choisi, imposé, a-t-on eu le choix, une femme peut-elle être ou non épanouie dans cette fonction.C’est une introspection du sentiment maternel, voulu, accepté ou normalisé et c’est un sujet bien difficile à évoquer, disséquer car il peut être mal interprété et comme me l’a dit Sylvie Le Bihan : C’est un sujet « casse-gueule »….

Entre le regard porté par la société sur la mère et celui, plus intime, porté par la mère elle-même, il peut y avoir des variantes, plus ou moins grandes mais le problème c’est que ces variantes sont le plus souvent tues car les avouer amènerait un jugement de « mère indigne » alors qu’il n’est pas du tout question de cela.

Giulia, que sa mère a abandonnée alors qu’elle n’avait que 8 mois, laissant à son père le soin de l’élever, n’a pas de référence, d’image maternelle. Elle s’est elle-même retrouvée mère, un peu par hasard et non par accident, simplement parce que c’était dans l’ordre des choses : mariage, enfants etc…. Mais naît-on mère, le devient-on, est-il normal d’envisager sa vie sans enfants, une vie qui peut sembler égoïste pour d’autres alors qu’il ne s’agit que d’être soi-même ?

Sylvie Le Bihan a le courage, à travers ce roman, d’évoquer ces questions, sujet qui peut heurter, diviser, tellement dans l’esprit de tous, une femme est une mère potentielle. C’est un sujet qui m’intéresse car on tente parfois d’imaginer ce qu’aurait été sa vie si nous avions fait le choix de ne pas avoir d’enfants. S’effacer totalement dans le rôle de mère, ne plus que penser à ses enfants, surtout quand on les élève seule, espérer un jour pouvoir faire et être celle que l’on est vraiment, imaginée, rêvée entre couches, biberons, études.

La maternité apparaît souvent comme une normalité, un devoir, une suite logique de la vie d’une femme.

Je n’aime pas qu’on m’impose un sentiment, qu’il aille de soi, croire aveuglément qu’il vas se passer quelque chose de bien après, attendre avec angoisse la récompense, et s’il ne devait rien se passer ?Et si notre jugement instinctif était fondé ? L’obligation d’aimer les membres de sa famille m’est insupportable, cet amour érigé comme une évidence, cette croyance aveugle choque mon côté agnostique. (…) Aimer est un sentiment profondément égoïste, car ce n’est que lorsqu’on se retrouve dans l’autre, en terrain connu, en osmose avec nos valeurs, que l’on peut aimer et cela nécessite une forte dose d’intégrité, même avec ses enfants. (p57)

Dans son récit l’auteure mêle à ce questionnement une enquête sur les pas de Cruzio Malaparte, auteur que je connais uniquement de nom, en se rendant à Capri où l’écrivain possédait sa maison rendue célèbre par le tournage du Mépris de Jean-Luc Godard.

Giulia se sent en osmose avec cet écrivain, dans les lieux fréquentés par lui, dans sa maison . Elle rencontre Maria, la gardienne du « temple » Malaparte, une femme qui l’intrigue, l’attire, mystérieuse, à la fois distante et attentionnée.

Curzio était un personnage énigmatique, un homme insaisissable et un solitaire résigné. Il disait lui-même que ce qui lui attirait les foudres de ses contemporains était qu’il s’efforçait continuellement d’être, et non pas de paraître un Italien comme les autres et qu’il n’y arrivait pas.

Cette phrase me fit penser à mon combat dans mon rôle de mère, une solitude et un silence imposés… (p154)

Même si j’ai été un peu gênée par les parties sur Malaparte parfois un peu trop présentes, le voyage dans cette île baignée de soleil, les rencontres que Giulia y fera, son regard sur sa vie et ses questionnements m’ont plu. Cet intermède solitaire, cette retraite volontaire loin des siens va lui permette de faire le point sur sa vie et sur le sens qu’elle va désormais lui donner.

Je pense que l’auteure a une passion pour cet écrivain car on ressent sa fougue dès qu’elle l’évoque mais peut-être faut-il mieux connaître Cruzio Malaparte, pour l’apprécier. Pour ma part je me suis un peu perdue par moment entre les deux quêtes de l’héroïne.

On se retrouve dans l’écriture de Sylvie Le Bihan, elle décrit parfaitement les sentiments pensés (mais non dits car « sujet tabou »), les petits événements entre mère et enfants mais aussi la relation qui unit Giulia à son père, un père nourricier, taiseux, pétrifié dans l’amour qu’il portait à sa femme mais présent et observateur.

La fin, idéaliste, est à mon goût un peu « tirée » par les cheveux et n’était, pour moi, finalement pas nécessaire. Toute la partie sur le questionnement maternel est très fouillé et réaliste, parfois emprunt d’humour et a trouvé écho en moi.

J’ai pensé à Hurler sans bruit de Valérie Van Oost lu précédemment ainsi qu’à Sorcières de Mona Chollet. Finalement même au 21ème siècle les femmes ne peuvent toujours pas évoquer certains sentiments sans être jugées alors qu’il s’agit uniquement non pas de remettre en cause la mère mais la femme qui disparaît souvent derrière cette fonction.

Regretter ce n’est pas rejeter, c’est simplement penser au « si », c’est envisager tous ces possibles qui s’envolent avec les premiers cris du nourrisson, et ce ne sont ni Alex, ni Thomas ou Antoine que je regrette, mais toutes ces années que j’ai dédiés à un dessein qui m’était étranger, à cet oubli de soi. (p115)

partagez cette critique
partage par email