Boys
Pierre Théobald

Lattès
avril 2019
247 p.  18,90 €
 
 
 

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu

Un roman moderne, atypique

Empreint de cette teneur chère aux êtres ancrés dans la vie, ce roman riche et vivifiant est le kaléidoscope de jours bordés de tendresse, d’espoir, de trahisons et de faits inaltérables. L’écriture aérienne, souple, agréable est un cahier du jour. Le lecteur lit en observateur les moments dévoilés, riches de contemporanéité. Le narrateur est doublé par Samuel, fil rouge de ces morceaux de vie. Les voix ne s’entrechoquent pas. L’habileté de la construction de Boys enclenche l’attention et l’intérêt. On pourrait dire que ce sont des nouvelles tant les chutes laissent l’issue œuvrer à l’expectative. Eh bien ! C’est un roman. Un puzzle qui se magnifie au fur et à mesure de la lecture existentialiste. S’attacher aux protagonistes, apprécier les hôtes de ces pages, garçons évoluant dans l’évènementiel qui percute, fait grandir ou détruit. Boys de Pierre Théobald est réfléchi, pragmatique. Il écarte les rideaux troublés de cette opacité et octroie aux Boys les cartes du destin. Ce roman est une marche dans un XXI ème siècle. Dans cette modernité des cœurs à peine dérangés par les turbulences. Il y a toujours une sortie de secours pour les cherchants. Ces Boys sont l’emblème d’un Samuel en filigrane dans chaque ligne. Ce roman puissant donne les clefs pour une émancipation valeureuse. Il offre un copier-coller d’un semblable pour le lecteur. Sa maturité est conseil. Sa force une possibilité, un outil. Ce quelque chose que Pierre Théobald suggère et donne. Publié par JC Lattès, lu dans le cadre des 68 premières fois. Atypique et moderne.

partagez cette critique
partage par email
 
coup de coeur

Coup de coeur

Dévoiler l’essentiel en peu de pages, sans avoir la possibilité de trop en dire, ni pour autant laisser une sensation d’inachevé.
Il faut savoir doser à la perfection tel un grand cuisinier apportant la touche essentielle pour sublimer un plat.

Cet art, Pierre Théobald le possède assurément tant « Boys », son recueil de nouvelles frise la perfection.
Moi qui ne suis pas friande du genre, j’ai éprouvé un énorme coup de cœur pour ces « Boys » que l’auteur brosse avec minutie à divers moments de leurs vies.

Antoine, Hatem, Steve, Samuel et les autres m’ont émue.
J’ai partagé leurs failles, leurs chagrins, leurs doutes, leurs amours et tout ce qui fait d’eux des hommes modernes forts et fragiles.

La plume est élégante, les mots sont doux ou acérés.

Des textes à relire au hasard pour prolonger le plaisir.

En conclusion : Les nouvelles, je n’aime pas trop, mais là, j’en redemande !

 

partagez cette critique
partage par email