Civilizations
Laurent Binet

Grasset
août 2019
384 p.  22 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

L’Histoire alternative

Dans ce livre audacieux en forme d’uchronie, Laurent Binet réécrit l’Histoire. Avec des si, il redistribue les cartes et imagine une histoire moderne qui commence autour de l’an 1000. En effet une saga islandaise raconte que les périples des Vikings les ont conduits à dépasser l’Amérique du Nord en direction du sud, vers Cuba, d’où ils sont repartis pour gagner le Pérou. Partout où ils passent, les explorateurs nordiques apportent le fer mais aussi les épidémies, entraînant un métissage et un syncrétisme culturel et religieux. Quatre cents ans plus tard, le journal de Christophe Colomb atteste de l’échec de son expédition ; les Espagnols se font massacrer par les peuples autochtones, et l’explorateur génois n’en reviendra pas. Avançons encore dans le temps : à la faveur d’une guerre fratricide entre les empereurs péruvien et équatorien, ce dernier fuit par l’Atlantique pour échapper aux troupes ennemies. C’est ainsi que l’Inca Atahualpa arrive à Lisbonne au lendemain d’un terrible tremblement de terre qui a détruit la ville. Chargé d’or et accompagné de femmes presque nues, de nobles et d’artisans, le Fils du Soleil s’installe dans la ville avant d’être présenté à Charles Quint, à qui il expose ses intentions colonisatrices. Sur fond de guerre de religion (la chrétienté de Rome contre le culte du Soleil allié aux minorités persécutées), Atahualpa finit par s’imposer, avant de conquérir l’Europe, nouant pactes et alliances avec les différents pays et territoires qui la composent alors, jusqu’à ce que le Mexique s’en mêle… à charge pour l’auteur espagnol Cervantes d’écrire cette nouvelle histoire entre politique et littérature !

Doté d’une grande érudition historique, Laurent Binet excelle dans la parodie, l’ironie et les parallèles littéraires. On lui pardonnera parfois un manque d’incarnation pour retenir le plaisir de lecture de ce livre inventif, habile et protéiforme, tour à tour saga nordique, journal intime, roman épistolaire, rapport de guerre et roman picaresque.

 

partagez cette critique
partage par email