Des routes
Carole Zalberg

Les Edition du Chemin de fer
novembre 2018
72 p.  14 €
 
 
 

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

Un chemin mémoriel .

Olympien, lumineux, puissant, « Des routes » est le noble d’une littérature d’orfèvre. Carole Zalberg délivre une histoire d’ouverture. Solaire, attentionnée, engagée, superbement magnanime, cette dernière déploie son aura en vertus théologales, mais bien plus encore. Dans cette profondeur allouée aux voix répondant à l’urgence du dire, se trouve une beauté verbale à couper le souffle. Une mère, sa jeune enfant, Azria, jeune fille au périple sombre ballotée par les flots d’une injustice gonflée d’affres, entre les frontières de l’horreur. Les vacanciers sur une plage de non-dits, la vie ordinaire sans combat de survivance et Azria, la distance infinie empêche les regards de s’éprendrent. Un petit caillou salvateur sera bien plus que le fil onirique. Le symbole d’une transmission, une offrande polie d’amour universel. Il va se démultiplier, messager du dire, résonnant en écho mémoriel. Les narrations veloutées, maîtrisées à l’extrême sont compatissantes. La mère explique, l’enfant reçoit le devoir à construire, l’altruisme en porte-voix. Azria conte, délivre, jeune femme à l’aube née sans terre d’accueil, exilée et perdue. Les illustrations sont un champ d’honneur pour Azria et les siens. Les couleurs magnifient les regards douloureux réalisant la courbe invisible des mots, seuls, compris des donnants. Ce récit bouleversant, si plausible est par cette picturale annonce un contre-champ lumineux et perfectionniste. Anne Gorouben connaît les formes du cœur et enclenche par ses tableaux la parole vertueuse. « Des routes » est aussi un hommage aux hôtes universels. « En soi demeure la possibilité du départ. » « On garde parfois toute une vie, le nécessaire à portée de fuite. » « Des routes » est sublime. On ressent la vitale nécessité du dire pour Carole Zalberg, un fardeau à déposer sur l’encre de renom qui provient d’un passé dont certains sont responsables. « Le nécessaire à portée de fuite » est la magistrale métaphore d’une douleur sans fin. « Des routes » est la mappemonde d’une vérité à répandre, un chemin où un seul petit caillou peut s’octroyer de pouvoir de changer la vision du monde à condition de sentir son alchimie fraternelle et valeureuse. A lire en urgence. Culte. Publié par les majeures Editions Du Chemin de Fer « Des routes » est en lice pour le Prix Hors Concours 2019, et c’est une grande chance.

partagez cette critique
partage par email