Elle le gibier
Elisa Vix

Rouergue
avril 2019
144 p.  16,50 €
ebook avec DRM 11,99 €
 
 
 

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu
nuit blanche

« CEO », « process codifié », « call center », « open spaces », « tableaux Excel de reporting », « brainstorming » … Toutes ces expressions vous parlent ? Vous n’êtes donc pas complètement étranger au monde de l’entreprise ? Eh bien moi, je dé-cou-vre et FRANCHEMENT… ça fait PEUR, non ?
Bon, que je vous raconte : après de longues études en neurosciences s’achevant sur une thèse et trois ans dans un labo public de recherche, Chrystal s’est retrouvée au chômage et c’est comme cela qu’elle a été amenée à postuler pour un poste de chargée d’information médicale chez Medecines. Il s’agissait pour elle de répondre au téléphone à des professionnels de santé ou des patients qui s’interrogent sur tel ou tel médicament (effets secondaires, etc, etc).
Pas grand-chose à voir avec sa formation mais bon, faut bien gagner sa vie…
Le hic, c’est qu’il lui est visiblement arrivé quelque chose… Mais quoi ?
Et au fond, qui est responsable de tout ça ? Ceux qui ont vu et n’ont rien dit ?
Nous aurons différents témoignages sur cette jeune fille, notamment celui de Cendrine qui, après une thèse de biologie sur le ribosome du zebrafish (ah, ça ne vous dit rien?) et plusieurs mois de chômage, est entrée le même jour que Chrystal chez Medecines, entreprise qui venait d’obtenir le label « Great Place to Work ».
Ah ! ça donne envie Medecines : c’est 1984 (d’Orwell) en pire : le cauchemar, la surveillance de tous les instants, le viol de l’intimité, l’irrespect, l’humiliation, la dévalorisation, l’exploitation, la déshumanisation… J’arrête là mais je pourrais continuer longtemps !
QUEL MONDE, MAIS QUEL MONDE !!!
A la fin du livre, l’auteure avoue que tout ce qu’elle a écrit dans ce roman lui est venu de sa « désastreuse carrière professionnelle » : «Face à l’adversité managériale, je me contentais de jubiler intérieurement en pensant « Le p… de bouquin que je vais écrire ! » Viva la literatura! »
Pour du noir, c’est du noir ! Dans le roman, le système est résumé par un témoin, Jean-Christophe D., le médecin-conseil de l’entreprise : « …la prestation est une belle saloperie. Les labos y ont recours pour ne pas prendre de risque et pour diminuer leurs coûts. Ils imposent des prix et des délais intenables, tout en passant leur temps à contrôler leurs preneurs d’ordres… Et tout ça retombe sur les salariés du prestataire : salaire de misère, surcharge de travail, validation chronophage à tous les étages, audits à n’en plus finir, stress… On leur impose une pression insupportable au nom du maître-mot : la rentabilité. Ou tu tiens le coup et tu es rentable ou tu te casses. En résumé, des labos brassant des millions (sur le dos de l’assurance maladie) aux ordres d’actionnaires pleins aux as (qui s’exilent au Portugal mais reviennent se faire soigner en France), mettent la pression sur des sous-traitants qui mettent la pression sur leurs salariés sous-payés (qui cotisent pour l’assurance maladie). »
CQFD
Le monde de l’entreprise décrit par Élisa Vix fait trembler. Mais le pire, c’est qu’il correspond à une réalité que je devine terrible : celle d’une machine qui broie les individus, les brise et les achève. Le tout dans le silence de ceux qui ont peur.
Glaçant.
L’écriture précise d’Elisa Vix ne va pas par quatre chemins pour décrire un monde effrayant : 140 pages d’une efficacité redoutable qui mettent à nu un système monstrueux.
Une vraie réussite !

LIRE AU LIT le blog

partagez cette critique
partage par email