La succession
Jean-Paul Dubois

Edition de l'Olivier
août 2016
240 p.  19 €
ebook avec DRM 7,99 €
 
 
 
 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

delicieusement triste

Oui, moi aussi j’ai dit : cette année pas question de succomber, j’attendrai la sortie en poche…. hum hum me voici avec le dernier Dubois. Que voulez vous il est toulousain et moi aussi, ça créé des liens quoi… Bon c’est un très, très bon Dubois mais très très triste. personnellement ce bouquin m’a mis dans un état de tristesse intense mais ça n’enlève absolument rien à sa qualité. J’ai beaucoup aimé le style, je me suis régalée à relire plusieurs fois certaines phrases (ce qui est rare pour moi) et j’ai été saisie par cette histoire. Un seul avertissement, il vaut mieux aborder le bouquin en ayant le moral, dépressifs fuyez, soignez vous, on verra ensuite.

partagez cette critique
partage par email
 
coup de coeur

La succession… qui ne se refuse pas

Ils ne sont finalement pas très nombreux ces romanciers dont on attend avec impatience le nouvel opus, avec la certitude que l’on prendra à chaque fois beaucoup de plaisir à les lire. Jean-Paul Dubois fait partie de cette catégorie et «La succession» ne déroge pas à la règle. Après «Le cas Sneijder», voici donc le cas Katrakilis, qui comme dans presque tous les romans de l’auteur se prénomme Paul. Depuis plusieurs générations, la famille Katrakilis s’adonne à un passe-temps peu joyeux, le suicide. Quand Paul, le narrateur de ce délicieux roman, reçoit un courrier sibyllin de son père, composé d’une photo de sa voiture américaine et du compteur kilométrique marquant 77777, il ne sait pas encore qu’il est le dernier survivant de la dynastie. Car Paul vit en Floride et n’a quasiment plus aucun contact avec son géniteur. Après des études – réussies – de médecine, ce Toulousain a en effet choisir de s’exiler aux Etats-Unis pour y pratiquer une variante de la pelote basque au Jaï-alaï de Miami. De 1983 à 1987, il passera les plus belles années de sa vie, sorte de parenthèse enchantée jusqu’à l’annonce du suicide paternel et son retour en France pour s’occuper des obsèques et de la succession. Un voyage qu’il effectuera en compagnie de Watson, le chien qu’il a sauvé de la noyade entre Miami et Miami Beach, nageant au milieu de nulle part. À Toulouse, il hérite de la grande maison familiale, dont on ne saura jamais vraiment avec quel argent elle aura été payée par le grand-père Spyridon, fuyant la purge post-stalinienne après avoir été l’un des médecins du leader communiste. Une maison bien trop grande pour un homme seul, d’autant qu’elle est «chargée» de l’histoire familiale et de tant de drames. Après le grand-père, c’est l’oncle qui, au volant d’une moto Ariel 1000 centimètres cubes, choisira de foncer contre un mur le 9 mai 1981, veille de l’arrivée de François Mitterrand au pouvoir. Il avait 50 ans et vivait aux côtés de sa sœur, la mère de Paul, dans la grande demeure. Cette dernière ne supportera pas cette absence et choisira de la rejoindre dans la mort deux mois plus tard. On comprendra dès lors que Paul n’a qu’une envie, c’est de repartir en Floride pour oublier ce poids du passé, même si le portrait que l’on dresse alors de son père est autrement plus sympathique que l’image qu’il en avait conservé. Seulement voilà, à Miami, les joueurs de pelote revendiquent de meilleurs salaires, créent un syndicat et se mettent en grève. Paul doit rapidement trouver du travail pour subvenir à ses besoins, fussent-ils modestes. Engagé au Wolfie’s, il va faire tomber amoureuse de la patronne, une norvégienne de 25 ans son aînée qui répond au doux nom de Ingvild Lunde. Mais leur liaison s’arrêtera presque aussi vite qu’elle a commencé et il se retrouvera alors sans autre alternative que de retourner en France et reprendre le cabinet de son père. «Il ne faut jamais son tromper de vie. Il n’y a pas de marche arrière.» lui avait enseigné son oncle. Si cette phrase l’a sans doute envoyé à Miami, elle continuera à le hanter. Echappera-t-il à la fatalité ? Réussira-t-il à briser la malédiction des Katrakilis ? A vous de le découvrir… La Succession est pour moi l’un des plus beaux romans de Jean-Paul Dubois, celui dont la petite musique résonne le plus à mon oreille. Pourquoi ne serait-il pas celui de la consécration pour cette plume aussi attachante qu’érudite, parvenant avec tant de délicatesse à mettre du loufoque dans le tragique et de la mélancolie dans la gaieté.

Retrouver Henri-Charles dahlem sur son blog 

partagez cette critique
partage par email