L'atelier du désordre
Isabelle Dangy

Le Passage
litterature
janvier 2019
336 p.  19 €
ebook avec DRM 11,99 €
 
 
 

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

Il y a des livres délicieux dont on entend très peu parler sans que l’on sache vraiment pourquoi… Petite maison d’édition ? Premier roman ? Je ne sais au fond ce qui explique qu’ils échappent aux radars de la critique… « L’atelier du désordre » d’Isabelle Dangy est l’un d’eux : un pur bonheur de lecture, un vrai coup de coeur littéraire dont il n’y a pas eu, à mon avis, assez d’échos ici ou là.  Alors, avant de vous ruer sur les nouveautés de septembre, autorisez-vous une petite séance de rattrapage et dégustez sans plus tarder ce très bon roman publié à la rentrée de janvier !
Nous sommes dans les années 1860 à Barbizon, dans ce petit village qui depuis une vingtaine d’années attire les peintres paysagistes ; nous suivons les pas d’un certain René Dolomieu qui vient de se faire larguer par sa maîtresse, une habilleuse de l’Opéra-Comique. Triste, abattu, esseulé, il décide, sur les conseil de ses amis, d’aller traîner son âme en peine loin de la capitale, dans un petit village entouré de plaines et de forêts où il trouvera à coup sûr de nombreux sujets à peindre et certainement, sillonnant la campagne le chevalet à la main, quelques collègues avec lesquels il finira la soirée à l’auberge Ganne…
Si ce premier séjour le rétablit un tant soit peu, notre artiste se voit dans l’obligation de reprendre le train pour Paris où la famille Eulembaum lui propose de faire un portrait des trois jeunes filles de la maison. Le travail accompli, René est vite rattrapé par une profonde mélancolie dont il a bien de la peine à se départir. Il décide donc de regagner ce village dont l’atmosphère lui a permis de soulager un peu sa peine. Il retrouve des condisciples avec lesquels il discute de ce qu’il aime peindre, notamment des tas, oui des tas : farine, poussière, cendre, sable et tout autre objet pourvu qu’il apparaisse sous forme d’accumulation, d’agglomération, d’amoncellement. René aime les tas, ils attirent son œil de peintre et les reproduire lui procure une grande jouissance qui, il faut bien le dire, tourne parfois à l’obsession !
Un jour, alors qu’il s’est laissé entraîner par des connaissances de connaissances (lui qui déteste les mondanités!), il est présenté à un porcelainier de Melun, Monsieur Dauxonne, fier de son entreprise et passionné par son art, qui va, par personnes interposées, lui proposer de faire un portrait de sa fille Valentine. Alors qu’il n’a pas le souvenir d’avoir accepté un tel travail, il se voit contraint d’honorer la demande : encore une fois, il doit renoncer pour un temps à sa passion pour les tas, ce qui l’ennuie profondément : « Il aurait aimé poursuivre, à sa manière capricieuse et lente, une destinée un peu informe. Il aurait aimé fréquenter les chantiers et les carrières, peindre des monticules de terre quand le vent leur arrachait une écharpe de poussière, des pyramides de gravillons, des amoncellements de nuages, ou bien comme il y songeait vaguement dans la salle de restaurant de la Galère, des piles d’assiettes et même des montagnes d’épluchures. »
En attendant, il doit loger chez le porcelainier, au Mée-sur-Seine, jusqu’à ce qu’il mette la touche finale à ce portrait et qu’il tente, par la même occasion, de comprendre qui est Valentine, l’étrange fille de Monsieur Dauxonne.
Lire « L’atelier du désordre », c’est véritablement plonger au coeur du XIXe siècle (j’en connais que cela va ravir…), fréquenter les peintres de Barbizon, le monde de la Capitale : les bourgeois mais aussi les petites gens, sentir le Second Empire avancer vers la guerre. C’est aussi découvrir l’histoire intime d’un peintre, René Dolomieu, dont on suit l’évolution psychologique décrite avec beaucoup de nuances, personnage qui semble davantage subir son destin plutôt que de le choisir vraiment. Le pauvre homme devra vivre moult péripéties et l’on se passionne pour tous les rebondissements qui nous tiennent chevillés au texte !
Très vite, ce roman m’a happée parce que l’on s’attache immédiatement aux personnages qui rappellent parfois, je trouve, ceux de Maupassant…
Quant à l’écriture, elle m’a comblée, oui, comblée par tant de délicatesse et d’élégance avec, il faut le dire, quelques accents flaubertiens, qui ont fini de me ravir !
Je ne veux pas en dire plus pour laisser intact, au futur lecteur, tout le bonheur de lire un texte aussi délicieux.
Un magnifique premier roman…
A lire absolument ! (évidemment!)

LIRE AU LIT le blog

partagez cette critique
partage par email