Le courage qu'il faut aux rivières
Emmanuelle Favier

ALBIN MICHEL
août 2017
 17 €
 
 
 
 Les internautes l'ont lu

Les vierges jurées

Un récit sur une catégorie de femmes dont je n’avais jamais entendu parler, les « vierges jurées » que l’on trouve principalement en Albanie. Des femmes font le serment de rester vierges et d’apparaître en tant qu’hommes en faisant disparaître tout signe de féminité extérieure en échange d’un pouvoir au sein de leur communauté.

Ce serment Manusche l’a fait après le refus d’épouser l’homme qu’on lui destinait. Elle serait un homme, vivrait comme un homme, ressemblerait à un homme et en contrepartie elle possède un pouvoir comme un homme : siège au sein de la communauté, près du chef, participe aux prises de décisions etc…

Jusqu’à ce jour sa condition elle l’acceptait et d’ailleurs elle ne se posait pas de questions : elle vivait et travaillait comme un homme même si parfois lorsqu’elle se retrouve seule des gestes ou souvenirs restent féminins.

Mais un jour arrive au village Adrian et cette présence va bouleverser Manusche mais aussi tout le village. Les apparences sont trompeuses, les certitudes s’ébranlent.

Lecture étrange : captivante et déroutante. Captivante par les personnage et leurs passés, leurs présents et leurs devenir. Captivante car une fois commencé je ne l’ai pas lâché et voulait connaître et comprendre cette communauté : leur fonctionnement, leur ressenti. Etre homme en tant que femme : obtenir leur statut mais comprendre que les sentiments vont bien au-delà d’un statut.

Déroutante car l’écriture est riche de détails, de vocabulaire et il faut avoir un dictionnaire à portée de mains car certains termes m’étaient totalement inconnus. La présence de la nature, des signes, des apparitions et prémonitions sont également des éléments qui contribuent au climat du récit. Mêlant force et délicatesse, comme les personnages, Emmanuelle Favier distille au compte goutte tout au long du récit les élements qui nous permettent de mieux cerner ces femmes.

Dans la première partie on découvre la vie de Manusche et sa rencontre avec Adrian. Puis Adrian se raconte, lui aussi a beaucoup à dire et sa vie a été un long chemin de quête identitaire. Un troisième personnage intervient Dirima dont je ne vous dirais rien…..

Je ne peux et ne veux rien révéler de cette histoire et vous laisser le plaisir, comme je l’ai eu de suivre de destin de ces femmes/hommes, leurs sentiments au plus intime d’elles, leur choix de vie et parfois peut-être leurs regrets. On ne peut rester insensible, et je ne le suis pas restée, à cette condition choisie volontairement ou comme un pire aller de ces femmes devenues des hommes.

Un premier roman original par son style, son sujet et j’attends un prochain roman pour mieux connaître cette auteure et son univers mais cela promet…..

partagez cette critique
partage par email