Le pays des autres
Leïla Slimani

Gallimard
mars 2020
366 p.  20 €
ebook avec DRM 14,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Les illusions perdues

On se doutait bien que Leïla Slimani ne tenterait pas un « Chanson douce » bis. Trop intelligente pour se laisser aller à la facilité et aussi, comme elle nous le prouve avec ce nouveau roman, trop talentueuse.

Lorsque son héroïne, Mathilde, tombe amoureuse d’Amine, à la fin de la guerre, elle veut quitter son Alsace natale, dans laquelle ses rêves se sentent peut-être à l’étroit. Lui, de son côté, a toujours su qu’il retournerait chez lui, à Meknès au Maroc, où il veut cultiver sa terre. Mariage, déménagement, premier enfant, puis deuxième… Les illusions se heurtent vite à la réalité. L’intégration n’est jamais facile, quel que soit le sens dans lequel elle s’opère : Mathilde est méprisée par les colons pour avoir épousé un Marocain, rejetée par les Marocains pour ne pas être des leurs. Et Amine a beau aimer sa femme, il se demande parfois pourquoi il a choisi une épouse si peu soumise.

Ce projet de saga, qui trottait dans la tête de Leïla Slimani depuis longtemps, est né des histoires et des souvenirs que lui racontait sa grand-mère qui, comme Mathilde, suivit son mari marocain à Meknès. La comparaison s’arrête là. « Le pays des autres » est le premier tome d’une trilogie, donc chaque volume se déroulera sur dix ans : 1945-1955 pour le livre qui paraît aujourd’hui, 1971-1981 pour le deuxième et 2005-2015 pour le dernier. Et si Leïla Slimani puise sa source d’inspiration dans l’histoire de sa famille, elle s’en éloigne bien vite pour laisser toute sa place au romanesque.

 

partagez cette critique
partage par email