Le Royaume
Emmanuel Carrère

POL
fiction
août 2014
640 p.  23,90 €
ebook avec DRM 8,49 €
 
 
 

q u o i  l i r e ? découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #97


Retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu

J’ai terminé hier ce volumineux récit de 640 pages qu’est « Le Royaume » et j’avoue que couché sur papier mon ressenti est un exercice difficile tant il y a des choses dont nous pourrions parler.

Le contenu du récit.

Le point de départ est l’interrogation sur la « Résurrection », point de départ du christianisme.

Paul a une vision de Jésus sur le chemin de Damas, il va devenir un « gourou » et répandre la « bonne nouvelle », et si ceci n’était qu’une imposture ??? c’est tout le débat.

Chemin faisant il rencontrera Luc, médecin macédonien, un goy (non-juif) qui le suivra et se convertira. Il mènera son enquête pour avoir des informations émanant de personnes ayant côtoyés Jésus de son vivant et rédigera plus tard « Les actes des Apôtres » par lequel il racontera l’histoire et la vie de Jésus mais aussi ce qui s’est passé après sa mort et les effets sur le monde romain.

J’ai adoré parcourir l’histoire de Rome et ses empereurs. Si vous avez envie de l’approfondir de façon ludique, je vous conseille Murena, une bd Peplum de Delaby et Dufaux (lien du blog)

Luc se présente comme un historien mais il a aussi des talents de romancier ce qui fait penser qu’une partie serait inventée.

Emmanuel Carrère a été croyant durant trois ans de sa vie il y a vingt ans. Il écrit ce roman dans lequel il se met en scène en se basant sur entre autres les notes prises à cette époque sur la lecture de l’évangile mais aussi sur base de « L’histoire des origines du christianisme » de Renan et bien d’autres sources.

A l’époque la société avait deux visions des choses :

– celle de la mythologie grecque : Ulysse voulant rentrer chez lui à tout prix pensant que la vie sur terre est importante et que c’est la seule.

– l’autre chrétienne : il faut quitter au plus vite cette vie pour accéder à un monde meilleur: celui du Royaume et refuser le monde dans lequel nous vivons.

Comment décrire cet ouvrage ?

Il a plusieurs facettes. Ce n’est pas un roman en tant que tel quoi qu’à certains moments, cela se lit comme tel. C’est une enquête sur l’enquête menée par Luc avant d’écrire son évangile. Mais il s’agit également de la biographie d’un personnage dont en réalité on sait peu de choses : Luc, l’évangéliste qui a accompagné Paul de Tarse dans son périple. Il s’agit aussi d’une autofiction car Emmanuel Carrère entre en scène à la première personne pour nous accompagner et nous livre son parcours et ses réflexions. On peut aussi dire qu’il s’agit d’un conte pour la manière de nous raconter les faits, un récit historique et philosophique brossant les années 30 à 80 de notre ère, à savoir la naissance du Christianisme en passant par l’Histoire de Rome.

C’est un récit fabuleux, très intéressant qui par moments remet en cause « l’éducation catholique » reçue dans mon enfance. C’est un récit grâce auquel on apprend énormément de choses; il est fouillé, hyper documenté. Un livre que l’on pose en cours de lecture pour partir dans le questionnement, la réflexion sur l’Histoire mais aussi sur le comportement et la psychologie humaine.

Une chose est certaine, c’est un récit qui interpelle, remet en cause et ne peut en aucun cas laisser indifférent.

J’avoue avoir parfois été interpellée par les parallèles et l’usage d’anachronismes se référant à l’union soviétique d’après Lénine, aux nazis, à Oussama Ben Laden, mais avec le recul j’ai trouvé cette approche riche et intéressante, et une touche d’humour de temps à autre était également appréciable.

Cet ouvrage est hyper bien documenté au point que j’avoue m’être un peu perdue et avoir eu un petit passage à vide éphémère dû peut-être à certaines longueurs. Cependant l’intensité de la lecture et mon intérêt pour celle-ci m’ont très vite fait reprendre pied dans la suite de ce récit passionnant.

Je déplore juste cinq pages hors sujet à mon sens sur la pornographie sur internet. J’ai du mal à comprendre l’opportunité d’intégrer ces passages. Si ce n’est que la sincérité et le besoin de transparence totale de son auteur qui dans ce récit nous dévoile une partie très personnelle de sa vie. (3 années en tant que croyant)

J’ai apprécié l’honnêteté intellectuelle de l’auteur, qu’il nous accompagne et nous avertisse à chaque fois de ce qui était fiction et histoire.

J’aurais encore beaucoup de choses à raconter mais je vous invite à lire le bouquin et à faire vous- même vos découvertes, à vous poser ces questions existentielles, à réfléchir sur la naissance et le parcours de cette religion qui aujourd’hui est tout de même celle d’un quart des habitants de la planète.

Le Royaume a décroché le prix du Meilleur livre de l’année du magazine Lire, et le prix littéraire Le Monde

Ma note : 8/10

Les jolies phrases

Hors de toute foi, j’étais convaincu que l’enjeu de la vie commune consiste à se découvrir soi-même en découvrant l’autre, et à favoriser chez l’autre la même découverte.

Avoir la vie en soi, qu’est-ce que cela veut dire ? Je ne sais pas mais je sais que j’y aspire. J’aspire sans la connaître à une autre manière d’être présent au monde, à autrui, à moi-même, que ce mélange de peur, d’ignorance, de préférence étroite sur soi, d’inclination au mal quand on voudrait le bien, qui est notre maladie à tous à que l’Eglise désigne d’un seul mot générique : le péché.

Croire que l’eucharistie n’est qu’un symbole, c’est comme croire que Jésus n’est qu’un maître de sagesse, la grâce une forme de méthode Coué ou Dieu le nom que nous donnons à une instance de notre esprit.

Je me demande si vouloir tellement le croire, ce n’est pas la preuve que, déjà, on n’y croit plus.

L’existence pour eux est un point d’interrogation et même s’ils n’excluent pas qu’à cette interrogation il n’y ait pas de réponses, ils la cherchent, c’est plus fort qu’eux.

Je trouve ça terrible. Elle pas, visiblement, mais moi je trouve terrible l’idée que la foi puisse passer et qu’on ne s’en porte pas plus mal.

Tu es une chenille, vouée à devenir un papillon. Si on pouvait expliquer à la chenille ce qui l’attend, elle aurait certainement du mal à le comprendre. Elle aurait peur. Personne ne se résout facilement à cesser d’être ce qu’il est, à devenir autre chose que soi-même. C’est cela la Voie.

En réalité, un changement radical a eu lieu. S’il reste invisible, c’est pour mettre leur foi à l’épreuve, et faire le tri. Ceux qui croient ce qu’ils voient ont perdu, ceux qui voient ce qu’ils croient ont gagné. S’ils méprisent le témoignage de leur sens, s’ils se libèrent des exigences de la raison, s’ils ont prêts à passer pour des fous, ils ont réussi le test. Ils sont les vrais croyants, les élus : Le Royaume des cieux est à eux.

Il s’est montré devant eux dépouillé de tout prestige, comme un homme nu. Et c’est ainsi, faible, craintif, tout tremblant, qu’il leur enseigne que la sagesse du monde est folie devant Dieu. Que ce qui est folie aux yeux du monde, Dieu l’a choisi pour faite honte aux sages. Ce qui est faible dans le monde, pour confondre ce qui est fort. Ce qui est le plus vil, le plus méprisé – ce qui n’est pas, pour réduire à néant ce qui est.

La vie d’homme vaut mieux que celle de Dieu, pour la simple raison que c’est la vraie. Une souffrance authentique vaut mieux qu’un bonheur illusoire. L’éternité n’est pas désirable parce qu’elle ne fait pas partie de notre lot.

Qu’il existe des centaines de langues, donc des centaines de mots pour appeler un chêne n’empêche pas qu’un chêne soit partout un chêne.

Personne ne sait ce qui s’est passé le jour de Pâques, mais une chose est certaine, c’est qu’il s’est passé quelque chose.

Je suis un écrivain qui cherche à comprendre comment s’y est pris un autre écrivain, et qu’il invente souvent, cela me semble une évidence.

Non, je ne crois pas que Jésus soit ressuscité. Je ne crois pas qu’un homme soit revenu d’entre les morts. Seulement, qu’on puisse le croire, et de l’avoir cru moi-même, cela m’intrigue, cela me fascine, cela me trouble, cela me bouleverse – je ne sais pas quel verbe convient le mieux.

Deux familles d’esprits : celui qui croit au ciel, celui qui n’y croit pas ; celui qui pense que nous sommes dans ce monde changeant et douloureux pour trouver la sortie et celui qui accorde qu’il est changeant et douloureux mais que cela n’implique pas qu’il y ait sortie.

Tu admets donc, poursuit Hervé, que s’il y a une raison, même ténue, de croire qu’il est possible de passer de l’ignorance à la connaissance, de l’illusion à la réalité, ce voyage justifie qu’on s’y consacre et que s’en détourner, le croire vain sans y être allé voir, est une erreur ou une marque de paresse.

Le Royaume est à la fois l’arbre et la graine, ce qui doit advenir et ce qui déjà là.

Pauvres, humiliés, Samaritains, petits de toutes les sortes de petitesse, gens qui se considèrent eux-mêmes comme des pas grand-chose : le Royaume est à eux, et le plus grand obstacle pour y entrer, c’est d’être riche, important, vertueux, intelligent et fier de son intelligence.

Avec le Christ, on peut avoir tué toute sa famille, on peut avoir été la dernière des crapules, rien n’est perdu. Si bas que vous soyez descendu, il viendra vous chercher, ou alors ce n’est pas le Christ.

C’est la grande objection que l’on peut faire aussi au bouddhisme : que le désir y est désigné comme l’ennemi. Désir et souffrance de pair, supprimez le désir vous supprimerez la souffrance.

La rébellion a détruit la ville, et Rome détruit la rébellion. Entendez que les Juifs ont commencé et les Romains pour rétablir la paix n’ont pas eu le choix.

Maintenant, ce qui fait la réussite d’un film, ce n’est pas la vraisemblance du scénario mais la force des scènes et, sur ce terrain-là, Luc est sans rival : l’auberge bondée, la crèche, le nouveau-né qu’on emmaillote et couche dans une mangeoire, les bergers des collines avoisinantes qui, prévenus par un ange, viennent en procession s’attendrir sur l’enfant… Les rois mages viennent de Matthieu, le boeuf et l’âne sont des ajouts beaucoup plus tardifs, mais tout le reste, Luc l’a inventé et, au nom de la corporation des romanciers, je dis : respect.

Retrouvez Nathalie sur son blog

partagez cette critique
partage par email