Le service des manuscrits
Antoine Laurain

Flammarion
janvier 2020
214 p.  18 €
ebook avec DRM 12,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Epreuves d’édition

Si l’on en croit les sondages, le nombre de Français qui rêvent de publier un livre se compte en millions. Certains franchissent le pas, au risque de voir leur manuscrit broyé dans la masse des 500 000 refusés par an. Ces chiffres sont rappelés par Antoine Laurain lui-même, qui nous offre une plongée dans les coulisses du monde de l’édition.

« Les Fleurs de sucre », roman de Camille Désencres, est la pépite découverte par le service des manuscrits dirigé par la célèbre éditrice parisienne Violaine Lepage. Il s’avère un véritable succès public et critique en lice pour le prix Goncourt. Notre éditrice aurait de quoi être comblée si elle connaissait seulement l’auteur(e). En effet, ce dernier est introuvable : après deux ou trois courriels échangés, le prodige fantôme s’est volatilisé ! Et comme un malheur n’arrive jamais seul, Violaine Lepage est victime d’un accident d’avion qui lui provoque une amnésie partielle, tandis qu’une affaire de meurtres en Normandie vient parasiter son quotidien déjà compliqué, la police établissant un lien entre les crimes et « Les Fleurs de sucre ». Jonglant habilement avec les genres littéraires, Antoine Laurain mène de front plusieurs enquêtes et péripéties sur l’identité de l’auteur inconnu, la coïncidence fictionnelle et réelle des meurtres, ou les secrets enfouis de Violaine Lepage. Tour à tour ironique, féroce, réaliste et drôle, le roman est mené tambour battant. On lui pardonnera quelques facilités et un dénouement un peu attendu car les personnages sont plus profonds qu’il n’y paraît, et la lecture est vraiment plaisante : le regard critique et distancié sur ce petit monde fait mouche.

 

partagez cette critique
partage par email