Les petits de Décembre
Kaouther Adimi

Seuil
août 2019
256 p.  18 €
ebook avec DRM 12,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

« Les petits de décembre » de Kaouther Adimi
est le coup de coeur de la librairie la Lison à Lille
dans le q u o i  l i r e ? #82

partagez cette critique
partage par email

En terrain conquis

Après le succès de « Nos richesses » en 2017, Kaouther Adimi publie ce roman qui tombe à pic, puisque l’histoire est annonciatrice des manifestations algériennes du printemps 2019 contre le régime en place. Dans ce beau livre plein d’espoir, ce sont les enfants qui prennent l’initiative de la révolte contre l’injustice. Agés d’une dizaine d’années, Jamyl, Mahdi et Inès sont issus de la cité du 11-Décembre-1960, dans la banlieue ouest d’Alger, en grande partie habitée par des familles de militaires. Nos trois gamins aiment se retrouver pour jouer au foot sur un terrain vague converti en terrain de jeu au milieu des habitations et des rues non goudronnées. Or, un jour de février 2016, deux généraux descendent de leur voiture avec chauffeur pour annoncer aux habitants leur intention de faire construire leur maison sur cette parcelle abandonnée.

Leur visite se termine en échauffourée, initiée par Adila, la grand-mère d’Inès, ancienne moudjahida respectée, qui n’entend pas que des généraux corrompus, des rapaces qui accaparent les richesses du pays, deviennent ses futurs voisins. Youcef, le fils d’un militaire à la retraite à la tête d’un parti d’opposition, se retrouve brièvement détenu pour avoir participé à la bagarre, le tout sous les yeux des enfants consternés par l’injustice qui leur est faite : leur domaine va leur être confisqué. Alors, en cachette des adultes, ils organisent la résistance pour faire renoncer les généraux à leur projet immobilier.

Kaouther Adimi nous raconte cette rébellion avec beaucoup d’allant, par les yeux des enfants eux-mêmes et par ceux qui les observent : anciens insurgés de l’indépendance écœurés par la corruption qui règne à tous les étages de l’Etat, militaires à la retraite ayant combattu les islamistes de la décennie noire et qui attendant l’heure du changement politique, sans oublier la nouvelle génération qui se fait l’écho sur Internet de la fronde des enfants de Décembre, déterminés et intouchables. Le roman fait aussi la part belle aux femmes et aux filles, et grâce à l’auteure, on comprend les enjeux politiques des révoltes actuelles, le rejet d’une oligarchie toute-puissante ici ridiculisée par les grands de demain qui veulent décider de leur avenir dans un pays en friche, où tout est à construire par un peuple engagé et affranchi de la peur.

 

partagez cette critique
partage par email