Mayacumbra
Alain Cadeo

La Trace
septembre 2019
415 p.  21 €
 
 
 
 Les internautes l'ont lu

Mayacumba , entité universelle, magnifiée

Ouvrir « Mayacumba » pressentir la solennité, bien au-delà d’une première de couverture, plénitude des cimes. « A l’origine dans l’aube mouvante, quelques troncs noirs étranglent encore la lumière fade de la vallée. » L’incipit est un accueil chatoyant. Boucles verdoyantes, poétiques, liturgie du verbe. Alain Cadéo est cette entité universelle. Offrant à l’hôte de ses pages l’opportunité rare d’un voyage initiatique. Les mots rentrent en scène, en alliance avec l’auteur qui, subrepticement, à pas veloutés devient le guide du minéral, du régénérant. Il dépose, habile et sage, les gouttes de cette rosée grammaticale, épiphanie des grandeurs. La beauté est déjà là. Majuscule d’un pictural, révérence pour Giono, Pagnol, Bosco, à ces observateurs du frémissement existentiel. Alain Cadéo est un pèlerin. Délivrant son aura de Babel, posant cette pierre mémorielle, en gestuelle d’humilité. Le don d’écriture est salvateur. Le lecteur prend son bâton, marche vers le hameau « Mayacumba » Idiosyncrasie d’une micro société. Les habitants sont des paravents contre les affres du vrai monde consumériste et superficiel. Dans cet espace où se côtoie les fardeaux lourds d’un passé renié, les espérances et les solidarités. La philosophie s’élève cosmopolite, hédoniste, cynique. On aime plus que tout le subtil des noms des protagonistes : Théo, Solstice… qui gravitent dans cette histoire. Des clins d’œil malicieux, petits cailloux semés, éclats de rire intenses. La tonalité de la trame veloutée, épicurienne est une boîte de crayons de couleurs. « Sa foi est illimitée. Il a même construit une petite chapelle en pierres, table ronde, dans laquelle il se love comme un loir. « Mayacumba » est un refuge parabolique. Un antre où tous sont une farandole, un feu de St Jean. Un lieu vivifiant où le liant est cet apôtre contrant l’énigmatique volcan « La Corne de Dieu » et ses sauts d’humeur. Les soudés d’un même destin s’observent, s’entraident. « Un seul être suffit à mettre tout en place. Pierre angulaire de ce nouveau monde. Lita justifie tout. » La voici la belle enfant, l’amoureuse de Théo, celle qui déploie son magnétisme, emportant la palme de la pureté jusqu’au plus extrême des chemins. Théo, 27 ans, dont l’âge est un secret, est le fil rouge de cette histoire. Cet homme fuyant ses démons, le mercantilisme, vivant seul, au plus près de « La Corne de Dieu » avec son âne Ferdinand, ses mystères et son amour fou pour Lita. Les pages s’accrochent aux étoiles, à l’authenticité, à la beauté d’un volcan imprévisible. Le summum est là. « Celui qui ne connaît pas cette joie de veilleur, caché de tous, retenant sa respiration, identifiant le moindre bruit, dans de très longues nuits d’amour à la lisière des mondes, ne sait rien de la joie cristalline que l’on peut éprouver à rester puissamment attentif, sous l’acupuncture glacée des étoiles. Théo construit sa maison. « Il veut que chaque bloc autonome soit à lui seul une vivifiante architecture. Ce qu’il cherche à obtenir c’est cet assemblage de force… Un point d’orgue, un centre de gravité… » Macrocosme, refuge alloué à l’ex-voto emblématique. Tout est beau dans cet entre monde, dans cet aller-retour entre les personnages que l’on aime de toutes ses forces. « Ainsi chacun avec ses propres mains a le pouvoir de mettre au monde ce qui le hante le plus… Le crâne humain est un chantier en friche, un mortier d’alchimiste. » Ce récit est transcendant. Ecoutez l’attentive délicatesse des regards qui se croisent, les bruissements des feuillages sentimentaux. L’éclatante ferveur d’un volcan, symbiose d’un travail à polir pour s’affranchir. L’honnêteté du verbe placé dans son axe le plus juste, aux voix de « Mayacumba » prières laïques, encre d’une lave qui se donne en oraison. Dire à Alain Cadéo le pouvoir ésotérique de son écriture de lin et de saveurs. Combien cet éclat de lumière est une mappemonde humaniste, sociologique et sentimentale. Les voix de ses seigneurs sont un écho vibrant pour le lecteur qui défie le chimérique et se prend à vouloir atteindre lui aussi ce lieu de transhumance intérieure. Ce récit est un secret à garder pour les jours sans. Son pouvoir de séduction est magistral, tout se passe en invisibilité. « Mayacumba » est un baume au cœur. Publié par les Editions La Trace qui nous prouvent une nouvelle fois leur haute qualité éditoriale. Edifiant, rare, culte.

partagez cette critique
partage par email