Rien n'est noir
Claire Berest

Stock
la bleue
août 2019
250 p.  19,50 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

« Rien n’est noir » de Claire Berest
est le coup de coeur de La librairie Tonnet à Pau
dans le q u o i  l i r e ? #90

partagez cette critique
partage par email

La peinture et l’écriture par nécessité

A l’origine de ce livre, il y a une carte postale. Qu’on offre à Claire Berest il y a presque vingt ans alors qu’elle se trouve dans une grande solitude aux Etats-Unis. Cette représentation d’un tableau de Frida Kahlo l’accompagnera, l’habitera. Elle vivra toutes ces années secrètement avec la métisse de Coyoacan. Dans « Un certain M. Piekielny », François-Henri Désérable écrit : « On croit que l’écrivain choisit toujours le sujet de ses livres. Faut-il vraiment lui dire qu’en vérité, c’est le sujet qui le choisit, bien plus qu’il ne choisit son sujet ? » Et si c’était Frida Kahlo qui avait choisi Claire Berest ? A vrai dire, elles se ressemblent, et devaient se rencontrer. Frida et Claire. Claire et Frida. Deux amies.
Deux prénoms brefs, deux personnalités intuitives, volcaniques, excessives, deux femmes de tête, deux amoureuses ardentes, deux sensibilités à fleur de peau. L’une écrit avec son pinceau, l’autre avec ses mots. La peinture pour soulager et maîtriser son corps, et supporter l’insupportable. L’écriture pour raconter une icône, un amour démesuré, dévorant, chaotique mais aussi les couleurs de la vie, celle d’une femme libre, sa métamorphose, son combat, son énergie, sa modernité.

La peinture et l’écriture par nécessité. Pour respirer, pour ne pas hurler.

Du bleu cobalt de la veste de Diego Rivera que Frida hume au gris cendre qui orne l’urne de son corps défunt en passant par le rouge brasier le jour de leurs noces, Claire Berest nous plonge, dans « Rien n’est noir », à corps perdu dans l’histoire tumultueuse d’une passion amoureuse et d’un dialogue autour de la création. Il aimera et admirera plus que tout l’artiste, elle l’aimera, lui, inconditionnellement. Et nous, lecteurs, nous louons l’auteure à l’écriture si imagée, caliente, qui nous fait ressentir Frida y su elefante.

 

partagez cette critique
partage par email
coup de coeur

« Rien n’est noir » de Claire Berest
est le coup de coeur de la librairie Saint Pierre à Senlis
dans le q u o i  l i r e ? #83

partagez cette critique
partage par email

q u o i  l i r e ? découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #97


Retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu

Frida et Diego.

La peinture de Frida Kahlo m’a toujours intriguée, je la trouve étrange, emplie d’un mystère, presque insondable, reflétant l’âme de l’artiste dans toute sa profondeur.
Bien que déjà très documentée sur sa vie hors du commun, j’étais curieuse d’en découvrir plus à travers le texte de Claire Berest.

L’auteure revient sur le dramatique accident de tramway qui laisse Frida handicapée à vie après « Des mois clouée dans une sorte de sarcophage tel un insecte épinglé. »
Elle devient Frida la boiteuse, « Frida jambe de bois », renonce à ses études de médecine pour se consacrer à la peinture.

Lorsqu’elle croise la route de Diego Riveira, Frida ne voit que lui, il est pourtant d’une laideur fascinante, mais il plaît :
« Un trophée que chaque femme voudrait s’épingler au corsage, s’empaler au corps sage. »
Riveira, célèbre peintre muraliste offre l’art à tous, lui qui ne l’enferme pas dans un musée mais l’expose à la rue, bien avant la création du Street Art.

Frida n’a plus qu’une idée en tête, conquérir Diego, l’épouser, l’aimer et qu’importe s’il a deux fois son âge.

A San Francisco, où il peint une allégorie de la Californie pour les murs du Palais de la Bourse, Diego la trompe :
« Les américaines sont trompeuses et dévergondées. »
Alors, Frida peint et découvre l’amour avec les femmes.
A Diego, elle dit simplement :

« Tu sais pourquoi je pleure ?
Parce que j’ai été victime de deux horribles accidents dans ma vie, Diego, le premier c’est le tramway. L’autre c’est toi, quand je t’ai rencontré. »

Sensible et passionné ce livre retrace la vie mouvementée de personnalités hors du commun. Du Mexique à Paris en passant par les Etats-Unis, d’hommes en femmes, de bonheurs en crises, la vie du couple a été des plus mouvementées.
Une belle lecture et une excellente façon de découvrir Frida et Diego.

partagez cette critique
partage par email