Une ville de papier
Olivier Hodasava

Inculte
avril 2019
144 p.  15,90 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

Une ville de papier de Olivier Hodasava
est le coup de coeur de la librairie Tropismes à Bruxelles
dans le q u o i  li r e ? #73

partagez cette critique
partage par email
 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

La ville rêvée

« Une ville de papier » est un roman génial, original et mélancolique ; une enquête borgésienne, géographique et poétique sur une ville américaine où planent les ombres d’Alfred Hitchcock, de Rod Serling, de Walt Disney, de Stephen King ou de Jimi Hendrix, auxquelles on ajoutera le nom d’Olivier Hodasava, notre auteur féru de cartographie.

On appelle « ville de papier » un « Copyright Trap », ou « piège à copyright », c’est-à-dire le nom d’une ville fictive qu’un cartographe ajoute délibérément sur une carte pour protéger son droit d’auteur et, le cas échéant, mettre en évidence un plagiat. Ainsi naît Rosamond, ville imaginaire du Maine que le cartographe Desmond Crothers invente de toutes pièces en 1931 pour le compte d’une entreprise spécialisée dans les cartes routières distribuées gratuitement dans les stations essence américaines, en plein essor de l’industrie automobile. En 2013, le narrateur, auteur et amateur de cartographie, entend parler de la ville fictive de Rosamond qui a la particularité d’avoir réellement existé, d’abord sur le papier puis dans les faits, en atteste aujourd’hui encore la pancarte d’un magasin général. Comment une ville qui n’a d’existence qu’imaginaire en vient à avoir une réalité territoriale ? Notre auteur se rend sur place pour mener une enquête qui se transforme en recherche du temps perdu. A travers ses rencontres et ses investigations en réseau, il reconstitue l’histoire incroyable de ce lieu fantôme et maudit, de ceux qui l’ont peuplé de leurs rêves et auquel créateurs et utopistes se sont intéressés. Cette vraie fausse fiction est portée par l’écriture vivante, délicate et émouvante d’Olivier Hodasava qui touche à l’essence de la création par le Verbe, et nous conte en filigrane les revers du rêve américain. Lecture passionnante et coup de cœur absolu !

partagez cette critique
partage par email