Vie de Gérard Fulmard
Jean Echenoz

Minuit
romans
janvier 2020
240 p.  18,50 €
ebook avec DRM 12,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

« La vie de Fulmard » de Jean Echenoz
est le coup de coeur de la librairie Tome 7 à Paris 
dans le q u o i  l i r e ? #92

partagez cette critique
partage par email

Noir, brutal, ironique et grinçant

On retrouve dans le nouveau roman de Jean Echenoz les ingrédients qui font habituellement son succès : antihéros, envers de la politique peu reluisant, parodie du roman policier, du roman d’exotisme, hasards et accidents improbables. C’est noir, brutal, ironique et grinçant.

Tout commence par une scène tonitruante : un débris de satellite soviétique tombe sur un hypermarché à quelques pas du domicile du personnage éponyme, rue Erlanger, sise dans le 16e arrondissement de Paris et connue pour être maudite, d’où l’absence d’étonnement et d’effroi chez Gérard Fulmard, ancien steward au chômage, licencié pour faute grave. Après l’ouverture éclair d’un cabinet de détective privé qui se solde par un échec, ce dernier, par l’entremise de son psychiatre, est embarqué dans une sordide affaire de vengeance politicienne. En effet, les cadres du FPI, parti populiste mineur crédité de 2% des suffrages, sont fébriles : après la disparition de leur secrétaire nationale, les requins sont légion qui veulent prendre sa place et rebattre les cartes de la formation. Cependant, rien ne peut se faire sans l’aval de son président Franck Terrail, compagnon de l’infortunée secrétaire secrètement amoureux de sa belle-fille. Quel est le rôle de Gérard Fulmard dans ces intrigues politicardes ? Il ne le sait pas très bien lui-même, jusqu’à ce qu’on lui remette un pistolet et une enveloppe remplie de billets. De quartiers louches en somptueuses villas, de complots en petits arrangements, de trahisons en chantages, la vie médiocre de Gérard Fulmard se perd sur les chemins pavés de mauvaises intentions qui mènent au sommet de la vanité.

 

partagez cette critique
partage par email