Prémices de la chute
Frédéric Paulin

Agullo
mars 2019
312 p.  21 €
ebook avec DRM 12,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

Prémices de la chute de Frédéric Paulin
est le coup de cœur de la Librairie Tonnet à Pau
dans notre q u o i l i r e ? #64 « spécial polars »

partagez cette critique
partage par email

Au coeur de la terreur islamiste

« Le roman, ça rassure les gens, ils ne savent pas que le romancier peut révéler la vérité ». Cette confidence d’un personnage de « Prémices de la chute » résume l’ambition de Frédéric Paulin : raconter pour un large public comment, depuis la décennie noire de l’Algérie, la terreur islamiste s’est répandue jusqu’en France. Le premier volet de son triptyque, « La guerre est une ruse », est un succès en librairie qui cumule les récompenses. Le deuxième, qui vient de sortir, est attendu au tournant : il faut confirmer.

Le temps d’introduire de nouveaux personnages et de réinstaller les anciens, et on y est. Roubaix, 1996, un gang armé écume les supermarchés. Un reporter local et une jeune gradée de la PJ voient entrer en action les premiers djihadistes français, revenus de Bosnie. On va dès lors rebondir entre ces témoins de première main et deux observateurs plus distants mais tous plus impliqués : une responsable du contre-terrorisme et un officier de renseignement, Benlazar, envoyé cette fois dans les Balkans après sa mission en Algérie (« La guerre est une ruse »).

L’auteur développe un jeu captivant entre une réalité connue (attentats, manœuvres politiques) et sa perception par ces héros fictifs. Une manière d’éclairer les événements depuis des coulisses imaginaires, sous un angle inédit. Et si l’on n’avait pas su voir ? ou pas su agir à temps ? Loin des théories du complot, son récit recoupe des visions déjà connues des attentats de 1996 ou du 11 septembre. Une façon d’appuyer là où le terrorisme a fait mal. Il ne ménage pas ses personnages, ne leur donne pas toujours le beau rôle, et nous laisse très impatients de lire la suite.

Lire notre interview de Frédéric Paulin « Ma spécialité, c’est le moment présent »

partagez cette critique
partage par email