Oyana
Eric Plamandon

Quidam
mars 2019
140 p.  16 €
ebook avec DRM 10,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 31 mai 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

« OYANA » de Eric Plamondon.

J’avais hâte de lire « Oyana » de Eric Plamondon et voilà, c’est fait. On passe ainsi des saumons (dans « Taqawan ») à des baleines (balea, dont l’une figure sur la belle couverture de ce livre). Mais il ne s’agit pas que de cela, l’histoire va bien plus loin et commence par cette lettre :
« Pour toi, Xavier
Je te dois un tas d’explications. Ça risque d’être long. J’essaie depuis plusieurs jours de trouver comment le faire. (…) Pour que tu comprennes dans quel état d’esprit je me trouve, je n’ai pas jeté mes premiers brouillons. Je veux que tu saches mes tâtonnements, que tu saisisses par mes débuts avortés ce que cela me coûte. »
« J’ai décidé d’écrire parce qu’il m’est impossible de parler. Je pense que je ne veux pas entendre les mots que je dois dire. Certains en particulier… (…) Alors ce que tu vas lire sera douloureux, comme il est douloureux pour moi de l’écrire. Tu vas découvrir la face cachée de celle avec qui tu vis depuis des années, qui en a été aussi heureuse que parfois dépitée. La vie a décidé que je devais faire face à mes fantômes. Peu importe ce qui en résultera. »

Mon début de chronique est peut-être un peu long mais je l’ai trouvé nécessaire pour placer le contexte. Il s’agit en effet d’une lettre d’adieu, celle d’Oyana (le nom basque de l’héroïne) qui est née pendant un attentat de l’E.T.A. Elle a passé sa jeunesse dans le pays Basque puis s’est mariée avec Xavier, rencontré au Mexique et ils partent vivre à Montréal.
Nous sommes en mai 2018 : Oyana se demande si elle ne va pas retourner dans son pays natal et l’E.T.A a été dissoute ; l’E.T.A dont le drapeau représentait un serpent enroulé au-dessus de la devise : « Bietan jarrai »
(« Continuez dans les deux voies») et dont le nom est constitué des initiales de « Euskadi » – « Ta » – « Askayasuna » (Pays Basque et Liberté).

Ainsi, Oyana nous livre ses souvenirs à travers de courts chapitres – elle fait des révélations étonnantes, elle qui n’était pas une « abertzale » (militante), a dû fuir et de « Oyana Etchebater, elle est devenue Nahua Sanchez. »

Avec ce court ouvrage, Eric Plamondon arrive à en faire un récit où resurgissent des fantômes (du père de Oyana – de l’attentat de 1973 contre le bras droit de Franco – de la mère et de son enfant victimes collatérales où Oyana faisait partie du commando mais en ignorait la gravité…).

L’auteur qui maîtrise superbement sa trame, fait monter la tension petit à petit. On passe de l’ombre à la lumière – de rebondissements – de retours sur le passé – on voit comment la vie de Oyana a été bâtie sur un mensonge. Aucun temps mort pendant la lecture : Guerre d’Espagne – E.T.A – les «années de plomb» au Pays Basque ainsi que la traditionnelle chasse à la baleine…
Oyana a besoin de « remonter à la source, celle du mensonge ou celle de sa vie. »

Cet ouvrage est d’une grande intensité. L’auteur y a inséré des coupures de presse – des rappels de faits historiques sur l’E.T.A – des documents nous informant de l’histoire politique du pays Basque…. – une réminiscence : « le 11 septembre m’a ramenée à la dure réalité » – énumération aussi des victimes de plusieurs années d’attentats « des GAL, d’anciens membres de la Légion et de l’OAS »…
Il réussit également à nous faire entendre, en fond de ce roman épistolaire, de la musique avec par exemple, Janis Joplin… et on voyage aussi avec l’héroïne en admirant de beaux paysages.

Concernant mon ressenti ? Il est le suivant : c’est court, c’est beau, c’est intense. Une vraie réussite avec tous les remords de l’héroïne. L’auteur le fait en se basant donc sur des faits réels – tout est véridique et le dénouement inattendu.

Mais je dois à présent arrêter de « jaser » plus longtemps et dire « à tantôt » pour un autre récit car « je suis tombée en amour » pour ce livre « Oyana » (ici nous sommes dans l’ambiance québécoise puisque l’auteur est né au Québec. Par contre, il a choisi de vivre à Bordeaux : le climat…).

Je me permets de « donner un bec » non seulement à EricPlamondon pour ce livre « Oyana », mais aussi à la Maison d’Éditions Quidaméditeur

partagez cette critique
partage par email
 

Rien n’est fortuit

« Pour toi, Xavier »
Début d’une longue lettre qu’Oyona adresse à son amour, son compagnon, pour lui expliquer les raisons de son départ, voire sa fuite « Peut-être que cette lettre va te détruire mais ne pas l’écrire m’est impossible. Tu dois considérer que ce que tu vas lire ici est vrai. J’ai décidé de te dire toute la vérité, juste la vérité.  Ce ne sera facile ni pour toi ni pour moi. Me taire n’a plus lieu d’être ».
Oyana est basque. Jeune, elle poursuit ses études à Bordeaux, le monde de l’ETA lui est parfaitement inconnu. D’ailleurs, elle ne parle pas basque et ne l’a jamais appris. Il a fallu la mort tragique d’un ami proche, Manex qui lui-même, n’avait jamais manifesté, pour qu’elle s’embrigade tout en refusant la violence. Or… Ce n’est pas possible et elle a participé à un attentat qui a causé la mort d’une mère et sa fillette. Maintenant il va falloir vivre avec ça. « Je suis responsable de la mort d’une mère et de son enfant. » L’ETA l’exfiltre, « On ne te propose pas un voyage mais l’exil. » au Canada sous l’identité de Nahia Sanchez. C’est là qu’elle rencontre Xavier, médecin canadien, qu’elle rejoint au Canada.
Tout son passé reste un secret, elle n’en parle jamais, même à l’amour qui partage sa vie, alors que les deux mortes la hantent.
Mai 2018, l’ETA cesse le combat et se dissout. Germe en Oyana le désir, le besoin de retourner au Pays Basque, chez elle, de revoir ses parents, son pays. Elle n’y est peut-être pas la bienvenue. Peur d’un surgissement du passé ? Peur d’une dénonciation possible ?
C’est la raison de la longue lettre à Xavier, de sa fuite.
Un livre court d’une écriture précise, rapide. Eric Plamondon visite l’histoire politique du Pays Basque. J’y apprends beaucoup ; les années noires de la lutte basque, de l’ETA, du franquisme. La construction, avec l’entrelacement du passé et du présent ne rend pas la lecture difficile, tout est daté, précis. Une fin totalement inattendue donne une autre lecture du livre.
Merci à « mon » libraire Wilfrid qui m’a permis cette très belle découverte.
http://zazymut.over-blog.com/

partagez cette critique
partage par email
 
coup de coeur

L’impossible retour

Après le beau succès de « Taqawan », Eric Plamondon revient avec « Oyana », prénom d’une jeune femme d’origine basque exilée au Québec au milieu des années 1990 à cause de sa participation à un commando meurtrier de l’ETA. En 2018, Oyana apprend la dissolution de l’organisation indépendantiste ; son passé resurgit et avec lui les mensonges sur lesquels elle a bâti son existence montréalaise depuis vingt-trois ans. C’est dans une lettre qu’elle décide de tout avouer à son compagnon qu’elle s’apprête à quitter pour rentrer en France, pensant naïvement que si l’ETA n’existe plus, elle n’a plus besoin de se terrer, de cacher son identité, ni de rester prisonnière de son exil et de ses secrets. Mais le départ s’avère plus dur qu’elle ne l’imaginait, d’autant que partout, des hommes continuent de croire en leurs idéaux…

« Oyana » est un roman épistolaire ponctué de chapitres narratifs qui éclairent le passé, comme pour ancrer cette histoire particulière dans un processus et des enjeux qui la dépassent. Si l’héroïne, rongée par l’imposture et le remords, pense que le temps est venu d’assumer son passé, la réalité est plus complexe. L’exil a effacé sa véritable identité mais l’a aussi protégée, et troquer un secret contre une disparition n’est pas sans danger. Oyana est peut-être condamnée à n’être ni d’ici ni de là-bas, une vie entre deux rives qui ne sont pas étrangères l’une à l’autre : les liens entre Basques et Québécois sont plus anciens qu’on ne l’imagine. Voici un roman sur l’impossibilité du retour à Ithaque, sur la vie qui se poursuit et n’attend pas qu’on solde ses comptes. Peut-être Oyana écrit-elle pour se consoler de sa réalité qu’elle considère comme un échec : « A une filiation qui l’aurait peut-être déçue, elle préférait une descendance imaginaire, héroïque ». Ici, l’écriture est davantage un besoin qu’un moyen, quand la lettre de rupture devient roman, et même roman noir dont Oyana se retrouve l’héroïne. Bien que son mensonge ne cache pas de vérité romanesque, il est possible que celle-ci apparaisse à la fin inattendue de ce beau livre captivant et habilement mené.

partagez cette critique
partage par email